"Rendez-vous de Béziers" : Ménard "s’est fait dépasser sur sa droite"

"Rendez-vous de Béziers" : Ménard "s’est fait dépasser sur sa droite"

Politique
DirectLCI
REPORTAGE - Ce week-end, Robert Ménard a tenté de jeter des passerelles entre les différentes droites en vue de 2017. Mais en tentant de trouver leurs points communs, ces droites présentes à Béziers ont surtout montré un visage encore plus extrémiste que le FN.

Entre 1500 et 2000 personnes se sont rendues ce week-end à Béziers à l’invitation de Robert Ménard. L’ancien président de "Reporters sans frontières", devenu maire de cette ville en 2014, avait convié citoyens et représentants de la droite au sens large dans le but de rassembler toutes les chapelles de cette famille politique.

Sympathisants et élus FN ou de petits partis comme le PCD ou le SIEL, cadres de la Manif pour tous, ou encore simples citoyens en quête d’une "vraie droite de droite", dixit Robert Ménard, tous étaient donc invités à lister leurs points communs. Mais l'exercice de consensus n'a pas évité les dérapages.

Un participant a, par exemple, appelé à une "politique nataliste réservée aux blancs". Plusieurs ont plaidé pour la préférence nationale dans tous les domaines (emploi, logement, prestation sociale, etc.) Tout ceci amuse un avocat venu de Marseille. "C’est rigolo, nous confie-t-il. Ménard s’est fait dépasser sur sa droite".

Ivan Rioufol sifflé

Lors de la conférence sur l’immigration, l’éditorialiste du Figaro, Ivan Rioufol, pourtant considéré comme un leader d’opinion très à droite, s’est fait siffler à plusieurs reprises pour des propos trop nuancés au goût de la salle.

En revanche, l’écrivain Renaud Camus, à l’origine de la controversée théorie du "grand remplacement", a été ovationné. Et le concept de "rémigration" qu’il défend a rencontré un franc succès.

Haro sur l’islam

Les participants interrogés se sont globalement dits heureux d’avoir pu discourir sur ces thèmes et surtout avec cette liberté de ton. "Les intervenants étaient très bien car ils n’ont pas eu peur de dire qu’il y a un problème avec l’islam", assure un couple venu de Bourgogne.

A LIRE AUSSI >>  Vexée par Robert Ménard, Marion Maréchal-Le Pen écourte sa venue à Béziers


"Nous, on a lu le Coran, prétendent-il, et les tueries que commettent les musulmans sont cautionnées. C’est marqué dedans !" Pour eux, comme pour beaucoup d’autres, la simple présence de musulmans en France pose problème. Quand un participant a posé la question suivante : "L’islam est-il compatible avec la République", la salle a répondu par un "non" général et vigoureux.

"Rien de concret qui ressort"

Quelques personnes n’ont toutefois pas caché leur malaise. "Je regrette ces réactions épidermiques. Y’a rien de concret qui ressort", lâche une femme au fond de la salle lors de la conférence sur l’immigration. Et de conclure : "ça vole bas…"

Dimanche, en clôture de ce rassemblement, Robert Ménard a fait voter 51 propositions - dont "l’autorisation du voile islamique au seul espace privé" - qui ont fait consensus tout au long du week-end. Certains regrettent tout de même l’absence des plus subversives.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter