Rénovation énergétique, plastique jetable, prix de l'électricité... Le plan d'Edouard Philippe pour "l'accélération écologique"

Politique

ENVIRONNEMENT - Le Premier ministre a évoqué de nouvelles mesures en faveur de la transition écologique lors de son discours de politique générale, mercredi souhaitant une "accélération écologique". Le gouvernement veut notamment amplifier les aides à la rénovation thermique.

"Ces douze prochains mois seront ceux de l'accélération écologique." En débutant son discours de politique générale par les mesures environnementales, mercredi, Edouard Philippe a voulu montrer que l'exécutif, souvent accusé d'avoir mis de côté ses ambitions en la matière, en faisant au contraire l'une des priorités de "l'acte 2" du quinquennat. 

"Plus personne n'a le monopole du vert", a lancé le Premier ministre, en forme de clin d'oeil au succès des écologistes aux élections européennes. "Il nous faut inventer un modèle économique fondé sur la sobriété écologique", a-t-il ajouté, tout en assumant son "amour" de l'industrie. 

Clarifications

Dans ce cadre, l'exécutif envisage de clarifier certains sujets et d'amplifier des mesures déjà engagées. Au-delà des décisions déjà prises dans les lois Energie-Climat et Mobilités, qui seront votées "avant l'été", le chef du gouvernement a confirmé l'objectif de réduire la part du nucléaire à 50% d'ici à 2035, et de développer "massivement" l'éolien et les énergies renouvelables par une augmentation du rythme des appels d'offres. Il a également confirmé la fermeture des centrales à charbon d'ici à 2022, et la poursuite des mesures d'aides à l'achat de véhicules propres. 

Parmi les nouveautés figure en outre la décision du gouvernement de s'opposer à l'ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français, une demande faite par la commission européenne qui a créé de nombreux remous. "Nous n'accepterons pas le morcellement de ce patrimoine qui appartient aux Français", a tranché Edouard Philippe, alors que son gouvernement fait face à une fronde de l'opposition contre la privatisation d'Aéroports de Paris. 

Le gouvernement va en outre plancher sur une régulation des prix de l'électricité, à l'heure où ces derniers partent à la hausse, a également annoncé le Premier ministre. 

En vidéo

E. Philippe : "Les 12 prochains mois seront ceux de l'accélération écologique"

Des mesures renforcées

L'une des principales annonces écologiques de cet "acte 2" concerne les aides à la rénovation énergétique. "Nous allons les remettre totalement à plat", a indiqué Edouard Philippe, évoquant "l'effroyable complexité" de ces aides qui profitent "aux plus aisés". "Une aide plus massive sera versée à ceux qui en ont le plus besoin", a indiqué le chef du gouvernement. 

En outre, le projet de loi contre le gaspillage qui sera présenté en septembre 2019 prévoira des mesures pour "en finir avec la pratique scandaleuse qui consiste à jeter les invendus" alimentaires, a indiqué Edouard Philippe. Elle visera également à bannir intégralement les produits en plastique jetable des administrations en 2020, et à renforcer la suppression du plastique à usage unique, avec notamment l'interdiction des boîtes en plastiques non recyclables. 

Enfin, Edouard Philippe a indiqué que la France défendrait auprès de l'Union européenne un budget de la PAC "à la hauteur de la transition écologique", et annoncé une réorganisation de la "police de l'alimentation" afin de "mieux informer les Français sur ce qu'ils consomment". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter