VIDÉO - Cinq parlements étrangers en cinq anecdotes... dont nous n'avons pas (encore) été témoins chez nous

TOUR D'HORIZON - C'est la rentrée parlementaire en France mais voici des scènes que vous ne verrez a priori pas... ou pas encore. Voici cinq règles, coutumes ou us insolites de parlements étrangers.

La nouvelle Assemblée fait sa rentrée ce mardi. Renouvelée, féminisée, rajeunie, elle pourrait être le théâtre de nouveaux usages. Pour l'occasion, LCI s'est penché sur les pratiques en vigueur dans certains parlements étrangers. 


Qu'elles découlent directement de la constitution dans le pays concerné, qu'elles soient liées à un contexte politique, ou qu'elles relèvent davantage d'us et coutumes, certaines anecdotes apparaissent (plus ou moins) surprenantes vues de l'Hexagone. Peut-être plus pour longtemps ?

  • 1Permis d'allaiter en Australie

    Depuis 2003, l'Australie autorise les femmes à allaiter au sein du Sénat tout comme à l'Assemblée (depuis 2016). Le 22 juin dernier, Larissa Waters, sénatrice écologiste, a été la première à faire usage de ce droit. Elle a allaité sa fille de 3 mois pendant qu'elle défendait une motion.

    En France, jamais une situation comme celle-là n'a eu lieu. Mais maintenant que les élections législatives ont permis l'entrée de 224 femmes à l'Assemblée Nationale, tout est possible.

  • 2Interdit de mourir au Parlement Britannique

    Aussi surprenant que cela puisse paraître, oui,  il est interdit de mourir dans le parlement britannique ! La raison ? Étant donné que le bâtiment du parlement appartient à la famille royale, toute personne qui y meurt a le droit à des funérailles nationales. 

    Cette règle a été nommée en 2007 la loi la plus ridicule de l'histoire du Royaume-Uni par les Anglais.

  • 3Discrimination positive au Rwanda

    Le Rwanda a le parlement le plus féminin au monde avec 63,8% de députées. Ce phénomène peut s'expliquer grâce à la constitution rédigée après le génocide rwandais. Pour permetttre aux femmes d'avoir une place à part entière dans la société, la constitution impose "l'attribution d'au moins 30% des postes aux femmes dans les instances de prise de décision de l'État".

  • 4Obstruction parlementaire facilitée aux États-Unis

    Aux États-Unis, les lois permettent voire même incitent à l'obstruction parlementaire. Les sénateurs ont à leur disposition le "filibuster". Cet outil leur permet d'aller à la tribune pendant les débats parlementaires et de prendre la parole pendant autant de temps qu'ils le souhaitent. Le but du "filibuster", est de "pourrir" le débat parlementaire afin qu'une loi soit abandonnée.

    En France, l'obstruction parlementaire existe mais elle n'est pas institutionnalisée.  En France, les députés peuvent inonder un projet de milliers d'amendements dans le seul but de ralentir les débats.

  • 5Les bagarres impunies en Turquie

    Depuis 2013, les bagarres entre députés au sein du parlement turc se sont multipliées. Souvent très violentes, elles témoignent de la tension qui règne dans le pays depuis que Recep Erdogan a pris le pouvoir. Mais en plus d'être spectaculaires, ces bagarres ne sont pas sanctionnées.  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections législatives 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter