Pour Marine Le Pen, "Dupond-Moretti, c'est Taubira en pire"

Pour Marine Le Pen, "Dupond-Moretti, c'est Taubira en pire"
Politique

RENTRÉE POLITIQUE - Dimanche, la présidente du RN s'en est pris à la politique sécuritaire du gouvernement et à son nouveau garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, pour ses prises de position sur la politique carcérale et le sort des djihadistes français.

Retour offensif pour Marine Le Pen, dimanche 6 septembre, lors de la rentrée politique du Rassemblement national. A Fréjus, ville dirigée par le RN David Rachline, la députée du Pas-de-Calais a très largement appuyé sur son thème de prédilection : l'insécurité et l'immigration. Une double question que la finaliste de l'élection présidentielle a l'habitude de lier l'une à l'autre, lorsqu'elle fustige les décisions prises par les pouvoirs en place sur le sujet. 

EDM et MLP, deux visions opposées de la justice

Dans un discours d'une quarantaine de minutes, la responsable d'extrême droite a ainsi évoqué "l'été meurtrier" qui s'achève. Un constat partagé par le pouvoir en place, malgré des chiffres de la délinquance qui ne le traduisent pas, et notamment le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui multiplie les déplacements et les prises de parole sur le thème de l'insécurité et de "l'ensauvagement", concept qui trouve son origine... à l'extrême droite. Mais c'est bien le seul point sur lequel le pouvoir et son opposante d'extrême droite s'accordent. Marine Le Pen a en effet tancé les dirigeants, dans une sortie sur "la vacuité d'un pouvoir plus occupé à faire croire qu'à faire".

Mais de tous les membres du gouvernement, c'est le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti qui a été le plus ciblé par son ancienne consœur, qui s'est fait une joie de rappeler "Acquittator" à sa réputation de terreur des prétoires et à ses prises de position guère pro-carcérales : "Il préfère des alternatives à la prison. [...] Ce n'est pas pour rien que monsieur Dupond-Moretti peut entrer à Fresnes sous les acclamations, oh non pas des gardiens, mais des criminels. Dupond-Moretti, c'est Taubira en pire !" Une sortie qui rappellera combien, lorsque cette dernière fut ministre de la Justice, elle a été la cible de multiples procès en laxisme de la part de la droite et de l'extrême droite.

Poursuivant sur sa lancée, Marine Le Pen a également accusé Eric Dupond-Moretti d'avoir "milité pour le retour des djihadistes de Daech, alors qu'il est démontré que 60% des djihadistes revenus en France ont récidivé". Une affirmation basée sur une étude menée au mois de juillet par le Centre d'analyse du terrorisme, portant sur 166 personnes, et qui ne concerne pas les personnes engagées dans le groupe Etat islamique (la période est trop récente), mais dans des combats terroristes plus anciens (Afghanistan, Bosnie et Irak). 

Marine Le Pen, c'est son père en pire- Eric Dupond-Moretti

Par ailleurs, si Eric Dupond-Moretti s'est bien prononcé en faveur du rapatriement des djihadistes en 2018, c'était dans un débat particulier (toujours pas tranché, par ailleurs). Opinion, observateurs et responsables politiques se déchiraient alors sur le sort des membres français de Daech emprisonné en Irak ou en Syrie et risquant la peine de mort. Fallait-il ou non les faire revenir en France ? A ce moment-là, Eric Dupond-Moretti s'était bel et bien prononcé, sur LCI, en faveur d'un rapatriement des djihadistes en France.

Rapatriement ne valant pas libération, l'avocat avait précisé aussitôt : "S'ils ont commis des crimes, et ils en ont commis, ils encourront la prison à perpétuité." 

C'est sur ce point que, depuis son compte Twitter, le garde des Sceaux a répondu à la patronne du RN, l'accusant de "mentir éhontément aux Français" et regrettant que, "près de 40 ans après son abolition, elle reparle de la peine de mort", à laquelle elle n'a jamais caché qu'elle était favorable dans le cadre des personnes jugées coupables de terrorisme. Et de conclure, lui qui s'était prononcé pour une interdiction du Front national : "Marine le Pen, c’est son père en pire. Rien de neuf sous le soleil de Fréjus".  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le "plan blanc" activé dans les hôpitaux et cliniques de Bretagne

"Vous avez un problème avec la République", vive altercation à l'Assemblée entre Blanquer et Mélenchon

Reconfinement : ce que l'on sait des pistes envisagées par l'exécutif

Les écoles et les collèges vont-ils rester ouverts en cas de reconfinement ?

REPLAY - Didier Raoult sur LCI : "Je ne suis pas Nostradamus"

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent