"Repas à 200 euros (sans le vin)" : Darmanin assume des propos qui illustrent un "Brexit de l'intérieur"

Politique

Toute L'info sur

Le Grand Jury

LE GRAND JURY - "J’assume mes propos." Après 3 jours de polémique sur les réseaux sociaux suite à une phrase rapportée où il a évoqué un "brexit de l'Intérieur" de la société française entre ceux qui paient "des additions de restaurant à 200 euros" et ceux qui vivent "avec 950 euros", le ministre s'est expliqué sur LCI lors du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro.

"Si nous ne voulons pas être dans le Brexit intérieur (...), nous devons  tous intégrer et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que  c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants  parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu'un et que  vous ne prenez pas de vin". Depuis jeudi, et ses propos lors d’un discours à la Sorbonne lors de la treizième édition des États de la France, qui accueillent chaque année un parterre d’investisseurs étrangers, le ministre de l’Action et des Comptes publics a suscité une tempête de réactions sur les réseaux sociaux. 

Invité du Grand Jury LCI/RTL/Le Figaro ce dimanche, il s’est expliqué sur cette phrase, en l’assumant, pleinement. "J’assume mes propos, j’ai illustré le brexit intérieur", a expliqué Gérald Darmanin. "Je ne prends pas des ellipses, pour dire qu’il y a de la pauvreté. Il y a des gens qui touchent 900, 800 700 euros et qui voient la différence profonde entre le peuple et les élites". "J’ai dit exactement la chose suivante : qu’il y a des choses qui relevaient du scandale. Et qu’il y avait une frustration profonde [de) ceux qui bossaient", indique-t-il, évoquant - comme il l'avait déjà fait - sa mère, femme de ménage.  "Et qu’un certain nombre de personnes vivent dans un monde déconnecté", poursuit-il. "Si ça choque qu’il y a ait des restaurants à 200 euros, la réalité vous choque. Bienvenue au club. "

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter