INTERVIEW - "J'ai souffert" : Nicolas Hulot revient sur son passage douloureux au gouvernement

INTERVIEW - "J'ai souffert" : Nicolas Hulot revient sur son passage douloureux au gouvernement
Politique

FLASH-BACK - À l'occasion de la sortie de son essai, "D'un monde à l'autre", Nicolas Hulot était l'invité ce mardi du 20H de Darius Rochebin. Une interview à revoir en intégralité.

Depuis qu'il a quitté la tête de son ministère il y a deux ans, Nicolas Hulot n'était pratiquement pas reparu sur la scène publique. Après une longue interview accordée à Paris Match le 3 septembre à l'occasion de la sortie de l'essai intitulé "D'un monde à l'autre", co-signé avec le philosophe Frédéric Lenoir, il était ce mardi l'invité du 20H de Darius Rochebin sur LCI. 

L'occasion pour l'ancien ministre de la Transition écologique et solidaire d'évoquer son combat, mené au travers de son association, mais aussi de revenir sur les quelques mois qu'il a passé au gouvernement, avant d'en claquer la porte.

"Aucune animosité"

Citant les anciens ministres de l'Ecologie, il estime qu'ils ont à peu près tous, comme lui, "souffert de l'isolement". "Sauf à être totalement détaché et à être là pour la fonction, [...] quand vous voyez qu'on a déjà perdu 20 ans pour réagir et que là il y a enfin, peut-être une occasion de réagir... Oui, j'ai souffert", souligne-t-il.

Lire aussi

Nicolas Hulot revient notamment sur le discours qu'Emmanuel Macron lui donne à lire en novembre 2017, et dans lequel il annonce sans avoir été consulté renoncer à l'objectif de réduire de 50% la part du nucléaire d'ici à 2025. "Je n'étais pas contre le principe, tout simplement parce que ça n'était pas faisable à cette échéance-là, j'étais contre la méthode. [...] Ça a été présenté brutalement. Je me suis fait piéger une fois, je ne me suis pas fait piéger deux fois."

Toute l'info sur

Nicolas Hulot, un ministre dans la tempête

Pour autant, Nicolas Hulot affirme n'avoir "aucune animosité" envers Emmanuel Macron avec lequel il est encore en contact. Et de relever : "J'ai mes propres responsabilités. Peut-être que je n'étais pas assez persuasif."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent