"Le Dynamiteur" : quand Emmanuel Macron, démissionnaire de Bercy, jurait encore qu'il ne serait pas candidat

Politique
ANECDOTE - Dans "Macron le Dynamiteur", enquête diffusée jeudi sur LCI, l'ancien ministre Michel Sapin nous livre une anecdote inédite sur ce que les proches de François Hollande ont appelé la "trahison" d'Emmanuel Macron. Le 30 août 2016, le jeune ministre démissionnaire lui passe un coup de fil avant de rejoindre l'Elysée pour notifier sa décision au chef de l'Etat...

Il aura dissimulé ses ambitions jusqu'au bout... Emmanuel Macron n'a annoncé publiquement sa candidature à l'élection présidentielle qu'en novembre 2016. C'est ce jour-là que son ancien mentor, François Hollande, qui hésitait alors à se représenter, l'a appris, comme des millions de Français. Jamais l'ancien conseiller du chef de l'Etat n'aura fait part ouvertement de ses ambitions à l'ancien chef de l'Etat.


Dans "Macron le dynamiteur", l'enquête de David Doukhan diffusée ce 12 avril sur LCI, on mesure à quel point Emmanuel Macron a soigneusement évité d'exposer ouvertement ses ambitions, alors que son petit groupe de fidèles planchait depuis de longs mois déjà sur un projet. 

Le coup de fil à Michel Sapin

Une anecdote racontée par Michel Sapin, l'ancien ministre et ami de François Hollande, en dit long sur ce sujet. Ce dernier raconte un coup de téléphone que lui a passé Emmanuel Macron le 30 août 2016, alors qu'il vient de quitter le ministère de l'Economie et qu'il a notifié au chef de l'Etat sa démission. C'est depuis la navette fluviale qui sillonne la Seine entre Bercy et l'Elysée que le démissionnaire a passé le coup de fil. 


Selon le récit de Michel Sapin, Emmanuel Macron lui jure alors qu'il ne sera pas candidat à la présidence de la République, et ce malgré sa démission du gouvernement. "Que vouliez-vous que je lui dise ?", raconte Sapin. "Qu'il me racontait des histoires ? Alors, j'ai dit 'bon, bon, bon'... Peut-être que le président de la République y croyait encore à ce moment-là, mais moi je n'en croyais pas un mot." A vrai dire, à cette date, plus grand monde n'y croit. François Hollande aura, des mois durant, entretenu l'espoir que son protégé se mettrait au service de sa réélection. Le mardi avant sa démission, Emmanuel Macron avait eu une entrevue avec François Hollande. "Je ne ferai jamais rien contre toi", avait-il alors juré, selon l'ancien conseiller de l'Elysée Gaspard Gantzer

Démentis à répétition

Ce démenti du futur candidat rapporté dans "Macron le dynamiteur" n'est que le dernier d'une longue série. François Hollande lui-même rapporte, dans son ouvrage Les leçons du pouvoir (Stock) paru cette semaine, que son ministre lui avait assuré à plusieurs reprises qu'il ne serait pas candidat. "Grotesque", lui avait-il écrit dans un SMS en juillet, alors que certains faisaient déjà courir le bruit de sa prochaine candidature. A l'Elysée le 23 août, Emmanuel Macron annonçait son intention de démissionner, mais seulement pour "se consacrer à son mouvement En Marche", relate aussi François Hollande.


Pourquoi Emmanuel Macron a-t-il repoussé sans cesse l'annonce de sa décision ? Choix tactique ou personnel ? Pour les deux raisons, selon David Doukhan. "Emmanuel Macron a longtemps envisagé d'être limogé du gouvernement", estime l'auteur de l'enquête. "En outre, il était lui-même un peu embêté" à l'égard de François Hollande. Après tout, ce n'est pas tout les jours que Brutus tue César...

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter