REPLAY - Retraites : sur LCI, Jean-Paul Delevoye tente de convaincre des bienfaits de la retraite par points

Politique

Toute L'info sur

La réforme des retraites, dossier explosif pour l’exécutif

GOUVERNEMENT - Face à des Français, dans l'émission La Grande Confrontation, sur LCI, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye a tenté de convaincre mercredi des avantages de la réforme qui supprimera notamment les régimes spéciaux. La réforme conduira "soit à travailler plus longtemps, soit à baisser les pensions", a affirmé le député LFI Adrien Quatennens.

Jean-Paul Delevoye en mission déminage sur la réforme des retraites. Mercredi soir sur LCI, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites a tenté de prouver les bienfaits d'une "refondation" du système français, avec la suppression programmée des 42 régimes spéciaux au profit d'un régime "universel" et le passage à un système par points. 

L'objectif du gouvernement, qui a ouvert une concertation nationale sur le sujet, "est de prendre le temps de l'explication", a assuré le Haut-Commissaire dans "La Grande Confrontation", face à un panel de Français, assurant que "nos concitoyens, à 85%, trouvent le système actuel injuste". "La méthode que nous avons utilisée, c'est la transparence, la justification."

Lire aussi

Plus juste ou plus injuste ?

Interpellé par des Français de tous horizons, pour certains inquiets pour leurs futures pensions de retraite, Jean-Paul Delevoye a notamment rappelé que des discussions étaient en cours avec les syndicats, s'agissant tout particulièrement de certaines professions indépendantes comme les infirmières libérales, ou des fonctionnaires comme les enseignants, inquiets de perdre au change. 

"L'objectif de ce gouvernement, à travers ce système par points, est de bloquer les ressources pour les retraites à 14% du PIB", a objecté le député LFI Adrien Quatennens sur LCI. "Il va y avoir, à ressources égales, plus de retraités potentiels. Pour toucher une pension digne, c'est mécanique : soit il faudra travailler plus longtemps, soit il faudra baisser les pensions", a ajouté le député LFI. Jean-Paul Delevoye lui a objecté qu'il ne tenait pas compte, dans son raisonnement, des perspectives de croissance du PIB. "Si la croissance est faible, on pourra avoir des variables d'ajustement", a toutefois reconnu ce dernier. 

Plusieurs catégories professionnelles ont décidé de poursuivre la contestation contre la réforme des retraites conduite par le gouvernement. A la SNCF et à la RATP, les syndicats appellent à une grève illimitée à partir du 5 décembre. 

Lire et commenter