Agnès Buzyn devant la justice : "Pas sûr que cela facilite la prise de responsabilités", réagit Laurent Berger

Agnès Buzyn devant la justice : "Pas sûr que cela facilite la prise de responsabilités", réagit Laurent Berger

INTERVIEW - Invité de Ruth Elkrief ce jeudi sur LCI, le secrétaire général de la CFDT s'est montré sceptique sur la convocation de l'ancienne ministre de la Santé devant la Cour de justice de la République.

"Je crains un peu la vindicte populaire". Interrogé par Ruth Elkrief sur la convocation d'Agnès Buzyn devant la Cour de justice de la République (CJR), Laurent Berger s'est dit "gêné" par une telle décision. "Ça me gêne parce qu’on est tous capables de dire ce qu’il aurait fallu faire 20 mois après. C’est assez facile", souligne-t-il. "Je ne suis pas sûr que cela facilite la prise en charge de responsabilités dans des moments très compliqués", s'inquiète encore le secrétaire général de la CFDT. 

Toute l'info sur

L'interview de Ruth Elkrief

Plus précisément, le représentant privilégie la sanction du vote, devant les citoyens, à celle des juges pour les personnes occupant de hautes responsabilités politiques. "Je pense qu’à un moment donné les gens qui gouvernent doivent rendre des comptes. Mais je préfère qu’ils les rendent devant les citoyens que devant la justice", martèle-t-il, s'inquiétant de l'ampleur que pourrait prendre une telle comparution. "Je préfère les débats apaisés, francs et la transparence", conclut Laurent Berger.

Lire aussi

Ex-ministre de la Santé, Agnès Buzyn avait démissionné de ses fonctions en 2020, au début de l'épidémie de Covid-19. Elle a été convoquée vendredi à la Cour de justice de la République (CJR) en vue d'une possible mise en examen. Pour rappel, cette juridiction est la seule habilitée à juger les actions de ministres dans l'exercice de leur fonction. À l'issue de cette audition, l'ancienne élue du conseil municipal de Paris pourra être mise en examen ou ressortir sous le statut plus favorable de témoin assisté. Pour cela, elle devra convaincre les juges qu'il n'existe pas suffisamment d'indices graves ou concordants pouvant être retenus contre elle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Sous-marins australiens : Paris et Washington se renvoient la balle

EN DIRECT - Guadeloupe : les autorités sanitaires déposent une dizaine de plaintes après des menaces de mort

Pourquoi la disparition d'al-Sahraoui est un "gros coup" porté au groupe État islamique au Grand Sahara

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.