VIDÉO - Emmanuel Macron : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

VIDÉO - Emmanuel Macron : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

DISCOURS - Ce mercredi dans la cour de la Sorbonne, le président de la République a rendu hommage à Samuel Paty et à son travail. "Nous continuerons ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage, parce que nous vous le devons, nous nous le devons", a déclaré Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron n’a pas souhaité centrer son discours sur la lutte contre "l’islamisme politique", le "cortège de terroristes, de leurs complices, de tous les lâches qui ont rendu possible cet attentat". Il n'a pas souhaité parler "de ceux qui ont livré son nom aux barbares" ; "ils ne le méritent pas", a-t-il estimé depuis l'estrade placée dans la cour de la Sorbonne où se tenait l'hommage de la Nation à Samuel Paty. 

Le ton grave et solennel, le président de la République a préféré évoquer la carrière du professeur tué vendredi dernier, et les valeurs qu'il incarnait.

Toute l'info sur

L'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire

Attentat islamiste contre Samuel Paty : suivez les dernières informations

Lire aussi

"Faire des Républicains, c'était le combat de Samuel Paty. Et si cette tâche aujourd'hui peut paraître titanesque, notamment là où la violence, l'intimidation, parfois la résignation prennent le dessus, elle est plus essentielle, plus actuelle que jamais", a déclaré Emmanuel Macron. "Dans chaque école, dans chaque collège, dans chaque lycée, nous redonnerons aux professeurs le pouvoir de faire des républicains. Nous les formerons, les considérerons comme ils se doit, les protégeront autant qu’il le faudra", a promis le chef de l'Etat. "Les pressions, l’abus d’ignorance et d’obéissance n’ont pas leur place chez nous."

"Il incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe"

"Pourquoi Samuel fut-il tué ? Vendredi soir, j’ai d’abord cru à la folie aléatoire, l'arbitraire absurde, une victime de plus du terrorisme gratuit. (…) Après tout il ne faisait qu’enseigner. Il n’était pas l’ennemi de la religion dont ils se servent, il avait lu le Coran, il respectait ses élèves, s’intéressait à la civilisation musulmane. Tout au contraire, Samuel Paty fut tué précisément pour tout cela. Parce qu’il incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe, la liberté qui se transmet et se perpétue à l'école", a continué Emmanuel Macron.

"Samuel Paty fut la victime de la conspiration funeste, de la bêtise, du mensonge, de l’amalgame, de la haine de l’autre, de la haine de ce que profondément, existentiellement nous sommes. Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République, de notre volonté de briser les terroristes, de vivre comme une communauté de citoyens libres dans notre pays", a ajouté le chef de l'Etat. 

"Nous porterons haut la laïcité, nous ne renoncerons pas au caricatures, au dessins, même si d’autres reculent. Nous continuerons ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage, parce que nous vous le devons, nous nous le devons, parce qu’en France les lumières ne s’éteignent jamais", a conclu Emmanuel Macron.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 9000 nouveaux cas mardi, la barre des 50.000 morts franchie

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

CARTE - Confinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous dès le 28 novembre

"Cessons de dire des bêtises" : taxé de racisme après sa parodie d’Aya Nakamura, Omar Sy se défend

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

Lire et commenter