Reporter les élections régionales en 2022 ? "Juridiquement infaisable", selon Jean-Louis Debré

Reporter les élections régionales en 2022 ? "Juridiquement infaisable", selon Jean-Louis Debré

RÉACTION - Jean-Louis Debré, missionné par le Premier ministre, estime qu'un éventuel report des élections régionales et départementales à l'an prochain n'est pas faisable.

Ce jeudi matin, l’ancien ministre de l’Intérieur Jean-Louis Debré était l’invité d’Adrien Gindre dans l’Interview Politique sur LCI. L'occasion pour lui de revenir sur les élections régionales et départementales, pour lesquelles il a été missionné par le Premier ministre afin de définir les conditions d'organisation dans un contexte de crise sanitaire. 

Initialement prévues en mars prochain, ces élections pourraient finalement avoir lieu au mois de juin, comme préconisé par l'ex-président du Conseil constitutionnel.

Toute l'info sur

L'interview Politique

Une erreur d'un point de vue politique

Selon lui, il est néanmoins impossible de reporter ce scrutin au-delà du mois de juin, et encore moins en 2022. "Reporter les élections en 2022 serait juridiquement infaisable, puisqu’il y a une jurisprudence bien établie sur le report des élections, que ce soit un délai raisonnable, et les renvoyer à 2022 comme le souhaitent certains, ce n’est pas raisonnable", explique-t-il dans un premier temps.

Celui qui fuit également président de l’Assemblée nationale ajoute qu’un report des régionales et des départementales en 2022, serait politiquement une erreur car "montrerait qu’on n’est pas capables d’organiser des élections et surtout, cela mettrait les élections territoriales dans la foulée des présidentielles, cela donnerait une connotation politique." "Quand vous votez pour votre conseiller départemental, vous privilégiez les intérêts départementaux plus que les intérêts nationaux", insiste Jean-Louis Debré.

Lire aussi

"Dans ces périodes difficiles, on sait organiser des élections. Ce qui est plus compliqué, c’est la campagne électorale, mais nous avons aujourd’hui des moyens de la faire. On ne touche pas à la démocratie trop facilement. (…) Ne touchons pas aux dates des élections", a-t-il conclu, rejetant toute idée de vote par correspondance, mettant en avant les problèmes causés par ce mode de scrutin aux États-Unis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Variants du virus : l'agence européenne des maladies appelle à des mesures plus strictes

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - "Pas une seconde à perdre" : Biden signe aujourd'hui de nouveaux décrets contre le Covid

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter