Responsable de l'UNEF voilée : "Tout est un message politique" pour Marlène Schiappa

DirectLCI
VOILE - La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes était l'invitée de LCI ce jeudi. Elle est revenue sur la polémique autour du voile d'une responsable de l'UNEF. Selon elle, si toute femme a le droit de porter un voile en France, le fait qu'une porte-parole en ait un démontre d'une volonté politique.

Mi-mai, la France découvrait le visage de Maryam Pougetoux, une responsable locale du syndicat étudiant UNEF. La jeune femme réagissait au blocage des universités, dans un JT de M6, déclenchant une intense polémique. Et ce ne sont pas ses propos qui sont au cœur du débat mais … son hijab, un voile qui encadre le visage.


Invitée de LCI ce jeudi 24 mai, Marlène Schiappa a de nouveau dénoncé la promotion d'un islam politique. "Une femme a le droit de porter le voile en France, c'est son droit le plus strict", reconnait-elle tout d'abord. (…) Néanmoins, ce qui m'interroge, c'est la manière dont on amène la religion - et là en particulier l'Islam et une version politisée de l'Islam - dans le débat politique, dans le débat public."

La secrétaire d'Etat tient à nuancer, ce n'est pas le voile qui lui pose problème – Marlène Schiappa se dit pour l'implication de mères voilées dans les écoles ou encore refuse la remise en cause du port du voile à l'université – mais bien le fait qu'une femme politique porte le voile. Si Maryam Pougetoux affirme que son "voile n'a aucune fonction politique, c'est (sa) foi" et que "oui c'est visible, mais ça n'est pas du prosélytisme", pour Marlène Schiappa, "tout est un message politique". "Ça nous dit quelque chose de l'orientation politique de l'UNEF", regrettant que la jeune représentante de la section syndicale de l’université Paris-IV (Sorbonne Université) "ne peut pas dire quelle est sa position sur le mariage pour tous ou sur le droit à l'IVG. "Ça m'interpelle, ce sont des sujets sur lesquels la neutralité n'est pas possible."

En vidéo

La polémique sur la porte-parole de l'Unef gagne la majorité

Ces sujets ont effectivement été évoqué lors d'une interview à Buzzfeed le 20 mai et la jeune femme avait botté en touche en répondant : "Que je dise oui, non, je ne sais pas, on trouvera toujours un truc à redire". Une réponse évasive qu'elle a cependant tenu à clarifier dès le lendemain par l'envoi d'un SMS à Salhia Brakhlia, de BFMTV : "Je partage toutes les valeurs de l'UNEF sinon je n'en ferais pas partie. Je milite pour la liberté de choix de chacun. Autrement dit, le droit pour tous de se marier avec la personne de son choix. Le droit à chaque femme de disposer de son corps." 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter