Jeanne Barseghian, une spécialiste du droit de l'environnement à la tête de Strasbourg

Les élections municipales de 2020 ont vu l'émergence d'une nouvelle génération d'écologistes. Découvrez leur portrait.
Politique

PORTRAIT - La nouvelle maire de Strasbourg est une écologiste de 39 ans, spécialiste du droit de l'environnement élue conseillère municipale depuis 2014. Jeanne Barseghian, qui a pour modèle la ville de Berlin, veut faire de la capitale alsacienne la "capitale européenne de la transition écologique, sociale et démocratique".

Faire de Strasbourg la "capitale européenne de la transition écologique, sociale et démocratique". C'est l'ambition de Jeanne Barseghian, première maire écologiste de la ville, élue dimanche soir avec près de 42% des voix. La spécialiste du droit de l'environnement espère même que cette vague verte va déferler à plus grande échelle. "Je souhaite que cette aspiration, ce que nous avons conduit, ce rassemblement très large et ce renouvellement des pratiques, puisse infuser à toutes les échelles de la société, y compris au niveau national", a déclaré ce lundi sur France Inter ce nouveau visage de l'écologie.

Lire aussi

Jeanne Barseghian a construit toute sa carrière sur l'écologie. Rêvant d'abord de devenir vétérinaire, elle choisit finalement de faire du droit. Sa maîtrise franco-allemande en droit européen et international en poche, elle déménage outre-Rhin pour parfaire sa formation, d'abord à Münster, puis à Potsdam, près de Berlin. C'est dans la capitale allemande, "une ville inspirante par les énergies citoyennes qui y existent", qu'elle prend conscience des enjeux écologiques. Cette polyglotte qui parle allemand, anglais et arménien, devient végétarienne et décide de se spécialiser en droit de l'environnement.

Une enfance entre Paris et la Normandie

La membre d'une chorale LGBT, qui a grandi entre Paris et la Normandie, débarque à Strasbourg en 2002 pour y étudier le droit de l'environnement et suivre une formation d'éco-conseillère. Investie dans le milieu associatif, elle oeuvre pour des projets de coopération avec l'Arménie, pays d'origine de son père, puis travaille à partir de 2012 aux côtés des élus écologistes à la Région Alsace. Elle y planche notamment sur les scénarios de l'après-Fessenheim, la centrale nucléaire alsacienne qui sera définitivement arrêtée dans la nuit de lundi à mardi.

En 2013, Jeanne Barseghian adhère à Europe Ecologie-Les Verts et coordonne la rédaction du programme des écologistes pour les municipales de 2014. Elle est élue conseillère municipale, nommée co-présidente du groupe écologiste et décroche à l'Eurométropole une délégation sur l'Economie sociale et solidaire et sur la réduction des déchets. Mais en 2018 lorsque débutent les travaux du contournement autoroutier de Strasbourg (GCO), elle démissionne avec les autres élus écologistes de l'exécutif de l'Eurométropole.

Aujourd'hui, Jeanne Barseghian a surfé sur la "vague verte" qui a commencé à déferler sur la France aux européennes de 2019. Pour cette campagne des municipales, elle s'est préparée comme une sportive de haut niveau, a-t-elle raconté à France 3. "J'ai essayé de bien dormir, de manger sainement et de me ménager des temps de pause pour pouvoir me recentrer." Malgré tout, elle a été stoppée cinq semaines à l'issue du premier tour, après avoir contracté le coronavirus. 

Sûre de sa capacité à gouverner

Désormais remise, la première mesure de la maire de 39 ans sera de faire voter une déclaration d'urgence climatique à Strasbourg. Elle veut aussi déminéraliser et revégétaliser la ville, soutenir l'économie locale impactée par la crise du coronavirus, et accompagner les écolières et écoliers en difficulté depuis le confinement. Et à ceux qui lui demandent toujours si elle aura les épaules, elle répond : "En quoi le fait que je sois une jeune femme écologiste et peu connue puisse interférer dans ma capacité à gouverner ?"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent