Sénatoriales : la majorité de droite et du centre confortée, les écologistes sur leur lancée

Sénatoriales : la majorité de droite et du centre confortée, les écologistes sur leur lancée
Politique

ÉLECTIONS - Ce dimanche, 172 sièges de sénateurs étaient à pouvoir, comme tous les trois ans, lors des sénatoriales. Les premiers résultats donnent l'avantage à la majorité de droite et du centre. Après leur percée aux municipales, les écologistes, qui comptaient déjà cinq élus, en ont obtenu suffisamment pour former un groupe.

C'est tout sauf une surprise. "La majorité de la droite et du centre est confortée", s'est réjoui Gérard Larcher, président Les Républicains du Sénat, à l'issue des élections qui ont vu ce dimanche 27 septembre le renouvellement de 172 sièges sur 348 de la chambre haute du Parlement, soit les élus de 58 départements compris entre l'Ain et l'Indre et entre le Bas-Rhin et le Territoire de Belfort, hors Île-de-France. Outre-mer étaient aussi renouvelés les sénateurs de la Guyane et de quatre collectivités (Wallis et Futuna, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Polynésie française). Cent-dix sept sortants se représentaient. Et les premiers résultats de ces sénatoriales font justement apparaître une prime aux sortants, avec plusieurs LR et centristes, majoritaires au Sénat, réélus dès le premier tour.

Battue lors des élections municipales, et sans grande attente pour ce scrutin, LaREM a enregistré deux réélections notables. Le président du groupe LaREM François Patriat, menacé en Côte d'Or par la socialiste Colette Popard, a finalement été confirmé. "J'ai été élu avec 100 voix d'avance", a-t-il annoncé à l'AFP. Le secrétaire d'État au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a lui aussi été réélu dans l'Yonne, selon des sources parlementaires. Il ne siégera cependant pas au Sénat tant qu'il reste dans le gouvernement de Jean Castex. Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a de son côté été élu dans l'Eure. 

Un premier sénateur nationaliste en Haut-Corse

Ce scrutin a aussi été marqué en Corse par l'élection d'un premier sénateur nationaliste, avec la victoire en Haute-Corse de Paul-Toussaint Parigi, membre du parti Femu a Corsica. "C'est un moment important, fort au plan politique et symbolique puisque, pour la première fois, la Corse aura un sénateur nationaliste", s'est félicité auprès de l'AFP le président du conseil exécutif Gilles Simeoni après l'élection du représentant de son parti. "C'est un pas supplémentaire qui est franchi aujourd'hui sur une route vers l'autonomie de la Corse qui reste longue et difficile mais notre détermination est plus forte que jamais", a-t-il ajouté, satisfait d'avoir désormais des élus "dans toutes les instances en Corse, au niveau national et au parlement européen". 

Par ailleurs, le RN est parvenu à conserver son seul sénateur, Stéphane Ravier, dans les Bouches-du-Rhône.

Les écologistes forment un groupe politique

Après la vague "verte" aux municipales, "il y aura un groupe vert au Sénat" avec au moins 10 élus, a assuré la sénatrice EELV Esther Benbassa dimanche soir, se réjouissant d'une "excellente nouvelle pour l'écologie". "On va pouvoir porter des textes écolos et les propositions de la Convention citoyenne pour le climat. C'est une étape avant les régionales et les départementales", a souligné l'élue de Paris. "Nous commençons à être présents dans les territoires ruraux, alors qu'on nous a souvent reproché d'être des bobos, des élus du centre-ville." À 20h, la sénatrice dénombrait déjà six candidats écologistes victorieux, et espérait convaincre un élu de Haute-Corse. Ils viendraient s'ajouter à cinq élus déjà en place à la chambre haute - Esther Benbassa, Guillaume Gontard, Ronan Dantec, Joël Labbé et Sophie Taillé-Polian de Générations - afin de former un groupe politique.

Lire aussi

Quelque 87.000 grands électeurs ont voté ce dimanche, essentiellement des représentants des communes, mais aussi des départements et régions, pour partie au scrutin majoritaire et pour partie au scrutin proportionnel. Dimanche, "nous aurons une vision globale, mais pas le détail de la composition des groupes", avait prévenu le chef de file centriste Hervé Marseille.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : la ville se recueille près de la basilique

EN DIRECT - Reconfinement : une pétition lancée pour la réouverture des librairies

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent