Retards des trains, prix des billets, lutte contre la fraude... Le président de la SNCF Guillaume Pépy, invité politique de LCI

Politique
DirectLCI
INVITÉ POLITIQUE - Le patron de la SNCF, Guillaume Pépy, était l'invité de Christophe Jakubyszyn ce vendredi 26 octobre 2018 dans la matinale de LCI.

"Les Français ont retrouvé leurs trains avec plaisir." Quatre mois après la fin de la grève contre la réforme ferroviaire, le président-directeur général de la SNCF, Guillaume Pépy, était l'invité politique de Christophe Jakubyszyn ce vendredi 26 octobre 2018 dans la matinale de LCI. L'occasion pour lui de d'évoquer notamment les retards des trains, le prix des billets, la lutte contre la fraude ou encore l'ouverture du rail à la concurrence. Retrouvez ci-dessous ses principales déclarations. 

Les retards

"Il y a deux causes principales à ça : le réseau ferroviaire a vieilli, il faut faire des travaux de modernisation. Et il n'y a pas de semaine sans aléas climatiques."

Le prix des billets

"En fonction de la demande, le prix peut varier [...] Et tout le monde en France veut voyager à la même date. Quand on a ouvert les ventes pour Noel, il y a eu 40 billets vendus à la seconde."

Les billets dématerialisés

"Vous allez pouvoir, grâce à une puce dans votre téléphone portable, passer les portiques sans votre carte Navigo, et même si votre téléphone est éteint." 

Lutte contre la fraude

"Quand on fraude, on vole les autres [...] c'est un demi-milliard d'euros chaque année en France."  

En vidéo

SNCF : vaste opération anti-fraude à Paris

L'ouverture à la concurrence

"Il faut toujours avoir peur de la concurrence. Mais on a trois forces : on est compétents, les salariés sont engagés, et on a une forte capacité d'adaptation. La SNCF est une entreprise innovante."  


"Avec cette réforme, la SNCF est mieux armée pour résister à la concurrence. Parce qu'elle est viable économiquement, plus proche de ses clients, et qu'elle va investir comme jamais."


"Pour résister à la concurrence, il faut que la SNCF gagne en compétitivité. Partout, on va augmenter notre productivité."


"Si on veut gagner en efficacité, il faut que nos métiers soient plus polyvalents."

Les petites lignes

"Il n'y a pas de plan de fermeture des petites lignes. Simplement, si on veut les sauver, il faut qu'on les entretienne et qu'on les modernise pour moins cher."


"La priorité, ce sont les transports de la vie quotidienne. Notre projet phare, c'est la construction d'une ligne de train sous Paris, de la gare Saint-Lazare à Mantes."

Les trains autonomes

"On va avoir un prototype en 2019 pour le fret et en 2022 pour les voyageurs, mais ce n'est pas forcément sans conducteur. Ça permet de mettre 30% de trains en plus sur la même voie."

Des trains plus écolos ?

"Nous avons décidé d'accélérer la sortie du diesel ferroviaire. Il y a deux pistes : mettre des batteries dans les trains, et l'hydrogène."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter