Retirer leur appart aux familles de dealers ? La curieuse idée de Sarkozy

Politique
UMP - En marge de son meeting à Marseille mardi soir, le candidat à la présidence de l'UMP a répondu aux questions de lecteurs de La Provence. L'occasion de renouer avec les accents de Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur.

"Je suis le même". Il y a une semaine, Nicolas Sarkozy contestait dans Nice Matin avoir jamais dit qu'il avait changé. Il l'illustre ce mercredi dans une interview à La Provence , donnée la veille en marge de son meeting à Marseille , dans laquelle on retrouve les accents du Nicolas Sarkozy ministre de l'Intérieur.

"Quand ce n’est pas le frère, c’est l’autre"

Interrogé par les lecteurs du quotidien sur la violence dans la cité phocéenne, l'ex-chef de l'Etat se livre à l'un de ces longs plaidoyers sécuritaires dont il avait fait sa marque de fabrique dès 2002. Souvent, assène-t-il, ces trafics sont le fait de "familles tentaculaires et quand ce n’est pas le frère, c’est l’autre." Et d'enchaîner sur sa proposition pour en venir à bout :

"Je propose une solution : quand un trafiquant est pris sur le fait et convaincu de trafic, on doit lui retirer l’appartement où lui et sa famille vivent, organisent leur activité délictuelle et terrorisent l’ensemble de l’immeuble".

Concrètement, Nicolas Sarkozy ne s'étend pas sur les modalités d'une telle mesure. Comment, en effet, expulser une famille propriétaire de son logement ? Ou bien considère-t-il que toutes les familles de dealers vivent en logements publics HLM ? Dans ce cas, sa solution existe déjà. En 2013, la justice a ainsi expulsé plusieurs familles vivant dans des HLM de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Le trafic de drogue auquel leurs enfants s'adonnaient avait été considéré comme un "trouble de jouissance", qui permet de mettre fin au bail. Le candidat à la présidence de l'UMP va donc devoir développer sa proposition pour en montrer la faisabilité... ou la nouveauté.

EN SAVOIR + >> Enfants dealers : la justice ordonne l'expulsion de deux familles de leur HLM

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter