Retraite : les députés passeront bientôt au régime général

Politique
COMME TOUT LE MONDE - Invité de LCI ce mercredi matin, le président de l'Assemblée nationale François de Rugy a confirmé la réforme du régime de retraites des députés, jusqu'ici plus généreux que le régime général. La décision sera actée le 2 août.

C'est une mini-révolution à l'ombre des débats parlementaires sur la moralisation de la vie publique. L'Assemblée nationale va décider dans les prochains jours d'une réforme du régime de retraite des députés. Invité de LCI mercredi matin, le président LREM de l'Assemblée nationale, François de Rugy, a indiqué que le Bureau, direction collégiale de 22 membres au Palais Bourbon qui rassemble des députés de tous les groupes, allait se réunir "le 2 août" pour trancher sur le sujet. 

Avec l'ensemble des membres du Bureau, nous prendrons la décision de faire rentrer le régime des députés dans le droit communFrançois de Rugy

Epilogue d'un vieux débat

Cette mesure s'inscrit dans la droite ligne des engagements de campagne d'Emmanuel Macron, mais elle ne relève pas de la loi de moralisation. La réforme interne concernera non seulement les retraites, mais aussi le chômage, a précisé sur LCI François de Rugy, avec "un même mode de calcul de l'Assurance chômage" que pour l'ensemble des citoyens. 


Jusqu'ici, les députés de plus de 60 ans - 62 ans à partir de 2018 - pouvaient prendre leur retraite en bénéficiant d'un régime spécifique considéré comme plus avantageux que le régime général, avec notamment une retraite à taux plein au bout de 31 ans seulement, contre 41 à 43 ans pour le salarié. Un seul mandat de 5 ans permettait à un député de toucher 731 euros par mois de retraite de base et 400 euros de retraite complémentaire. Des droits qui augmentaient au fil des mandats, et cumulables avec d'autres pensions. En 2016, la pension moyenne des députés à la retraite était de 2675 euros nets. L'âge moyen auquel les députés font liquider leur pension est de 64 ans. 


D'autres éléments entreront en ligne de compte par la suite dans le calcul des retraites. La réforme institutionnelle prévoit en effet de réduire d'un tiers les effectifs parlementaires, et de limiter le cumul dans le temps à trois mandats, mais en contrepartie, d'augmenter la rémunération des députés.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter