RÉTRO - France-Irlande : ce jour où la main d'Henry faisait réagir… les politiques et Dechavanne

RÉTRO - France-Irlande : ce jour où la main d'Henry faisait réagir… les politiques et Dechavanne
Politique

SOUVENIR - Le 18 novembre 2009, la France et l’Irlande s’affrontent au Stade de France pour une place au Mondial 2010 en Afrique du Sud. Après un but irlandais, les Bleus, victorieux au match aller, doivent impérativement égaliser pour passer. Ce qui arrivera… avec une main de Thierry Henry. Un geste qui fera vivement réagir le monde du football mais aussi celui de la politique ou encore de la télévision.

Souvenez-vous, c'était il y a presque sept  ans, le 18 novembre 2009, les deux pays s’affrontent pour une place en Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud. La France, qui a gagné 1-0 au match aller contre l’Irlande grâce à un but d’Anelka, doit impérativement conserver le nul ou, au mieux, marquer pour s’assurer son voyage au Mondial. Mais les choses ne se passent pas comme prévu.

L’Eire domine au score, poussant la France à tout donner. En prolongations, après une main de Thierry Henry (la main de Dieu, ou du diable en Irlande), William Gallas égalise. L’équipe de Raymond Domenech a son billet sud-africain. Une qualification qui fait rugir plusieurs personnalités françaises, certaines réclamant un nouveau match ou mieux, que la France cède sa place aux Irlandais.

À LIRE AUSSI >> Suivez le match France-Irlande (2016) en direct

"Légalement la France a gagné, mais sportivement elle a perdu"

Du côté politique, les réactions sont nombreuses et, d'une façon qui n'est pas sans rappeler la façon dont le monde politique s'est saisi de la polémique Benzema, nos représentants sautent à pieds joints dans la polémique.

Christine Lagarde, ministre de l'Economie à l'époque, estime qu'il faudrait rejouer la rencontre après la faute de main de Thierry Henry, un geste qu'elle taxe de "tricherie". Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, écrit personnellement un courrier à Michel Platini, patron de l’UEFA, demandant que l'usage de la vidéo soit autorisé lors d'un match. Le président Sarkozy, au sortir d'une rencontre avec le Premier ministre irlandais, commente brièvement : "J'ai dit à Brian Cowen combien j'étais désolé pour eux". Le souverainiste Philippe de Villiers enfonce : "Cette victoire est volée. Raymond Domenech devrait exprimer des regrets publics".

EN SAVOIR + >> France - Irlande : qui sont ces joueurs qui vont se retrouver après la main de Henry ?

Jean-Marie Le Pen juge que "Thierry Henry aurait dû signaler lui-même à l’arbitre qu’il avait fait main". Et le fondateur du FN d'ajouter : "Légalement la France a gagné, mais sportivement elle a perdu". Trois députés UMP membres du groupe d'amitié France-Irlande ont eux réclamé que ce match "honteux" soit rejoué. François Hollande estime pour sa part qu'il s'agit d'un "incident grave sur le plan de l'éthique sportive" qui ne doit toutefois pas déboucher sur un "débat national". François Bayrou conclut : "Dans un monde idéal, il faudrait rejouer le match. Mais le monde n'est pas encore idéal."

Dechavanne ne sait pas "dans quel pays il vit"

Le débat ne se limite pas à la politique : l'animateur Christophe Dechavanne, pourtant pas réputé fan de foot,  lance une pétition en ligne  pour faire rejouer le match, malgré le rejet de la Fifa suite à la demande formulée par l’Irlande.  Après une tribune dans Le Monde , il est invité sur le plateau du Grand Journal. Il demande la parole et sort une feuille où il a pris ces notes : "Je me demande juste dans quel pays on vit. On m'explique que la France est une terre d'asile, et la terre d'asile renvoi des afghans en Afghanistan au risque qu'ils se fassent buter (...) Et je vois hier soir à la télévision devant des millions de gens une tricherie monumentale. Je ne sais pas dans quel pays je vis et je ne sais pas ce que je peux explique à ma fille quand je lui dis qu'il ne faut pas voler un Carambar…" 

Le match ne sera pas rejoué et après leur arrivée en Afrique du Sud, les Bleus seront de nouveau sous les feux des projecteurs, pour avoir lancé une grève de l'entraînement au Mondial. Peu après, le président de la fédération irlandaise révélait que la Fifa avait dédommagé sa fédération à hauteur de cinq millions d’euros, pour qu’elle ne pose pas de réclamation. Une réclamation qui, de toute façon, n'aurait pas pu aboutir.  Les lois du jeu  stipulent en effet que "les décisions de l'arbitre sont sans appel". Ce dernier "ne peut revenir dessus que [...] sous réserve que le jeu n'ait pas repris ou que le match ne soit pas terminé."

A LIRE AUSSI >>  LE JOURNAL DES BLEUS DU 25 JUIN : toutes les clés du match France-Irlande (déjà) livrées par Guy Stephan  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Covid-19 : la manifestation parisienne des Gilets jaunes prévue samedi interdite

EN DIRECT - Attentat de Nice : la ville se recueille près de la basilique

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent