Révoqué de son mandat, le maire d'Hesdin sort du silence... avec une photo aux Bahamas

Politique

MAIRE RÉVOQUÉ - Le Conseil des ministres a annoncé mercredi la révocation de Stéphane Sieczkowski-Samier de son mandat de maire de la ville d'Hesdin. Visé par plusieurs enquêtes, le jeune élu compte bien contester cette décision et y répond d'une manière pour le moins insolite.

Une drôle de riposte. Jeudi 22 août, Stéphane Sieczkowski-Samier a réagi sur les réseaux sociaux à la décision prise en Conseil des ministres de révoquer son mandat. Le maire d'Hesdin (Pas-de-Calais), visé par plusieurs enquêtes, ne compte pas lâcher sa mairie et annonce par le biais de son avocat qu'il va contester cette décision. 

Stéphane Sieczkowski-Samier, introuvable, était recherché ce jeudi par les gendarmes. Mais selon les propos de son avocat relayés par France 3 Hauts-de-France, "il n'est pas en cavale." Une publication postée ce jeudi sur son compte Facebook montre un catamaran sur une plage qui se trouverait, selon La Voix du Nord qui a regardé la géolocalisation de la photo, aux Bahamas. La photo est accompagnée de la légende suivante : "Touché mais pas coulé ! A très vite"

Accusé notamment de "prise illégale d'intérêt" et de "détournement de fonds publics"

Toutefois, selon plusieurs conseillers municipaux et son avocat interrogés par France 3 cet après-midi, il est fort probable que cette photo ne date pas d'aujourd'hui. Une façon, d'après son avocat, de montrer que le jeune élu est loin d'être déstabilisé par cette décision qu'il compte contester devant le Conseil d'Etat. 

Le Conseil des ministres a prononcé la révocation du maire divers droite d'Hesdin (Pas-de-Calais), Stéphane Sieczkowski-Samier qui se serait démarqué pour plusieurs déboires judiciaires. Une décision prise  "en raison des manquements graves et réitérés aux devoirs qui lui incombaient en tant que maire et ordonnateur de la commune", a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais qui avait lancé cette procédure de révocation. 

Lire aussi

Il sera jugé avec sa mère le 12 septembre

Élu en 2014 à seulement 22 ans, Stéphane Sieczkowski-Samier est actuellement visé par plusieurs enquêtes, notamment pour acquisition d'armes de troisième catégorie, prise illégale d'intérêt, complicité de faux et usage de faux en écriture publique et détournement de fonds publics. Il doit être jugé avec sa mère, conseillère municipale, pour cette dernière affaire le 12 septembre prochain devant le tribunal correctionnel de Boulogne-sur-Mer. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter