Robert Ménard à la rescousse d'Eric Zemmour

Robert Ménard à la rescousse d'Eric Zemmour

POLEMIQUE - Lui-même éjecté d'iTélé pour ses prises de position controversées, le maire de Béziers défend aujourd'hui l'auteur du Suicide Français, qui a subi le même sort après avoir évoqué dans une interview la déportation des musulmans de France.

Un média doit-il tout laisser dire à ses employés au nom de la liberté d'expression ? Robert Ménard a tranché : c'est oui. Le maire de Béziers soutenu par le FN, qui avait déjà invité Eric Zemmour en grande pompe dans sa ville en octobre, défend aujourd'hui l'auteur du Suicide français.

EN SAVOIR +
>> Eric Zemmour débarqué d'iTELE
>> Zemmour invité chez Ménard... et Béziers libéra la parole


Sobrement intitulée "Défendre Eric Zemmour, c'est défendre la France !", l'interview est parue lundi sur Boulevard Voltaire. Un site Internet qui se fait fort de défendre la liberté d'expression de personnages de tout poil, même quand ils sont accusés de racisme, d'homophobie et autres gentillesses. Lui-même évincé il y a deux ans d'iTélé et de RTL, notamment pour ses accointances avec le FN, Robert Ménard dresse un parallèle entre son propre destin et celui d'Eric Zemmour, remercié par la chaîne d'info de Canal + pour avoir évoqué, dans une interview à un journal italien, la déportation des musulmans de France.

EN SAVOIR +
>>
Zemmour évoque la déportation des Français musulmans

Robert Ménard en appelle à RSF

"Il y a deux ans encore, le point de vue que je défendais était encore présenté comme très minoritaire, les Français avaient peur d’être montrés du doigt, de prendre le risque de défendre ce qui était officiellement indéfendable", analyse le maire de Béziers. Les choses ont changé, selon lui, et le succès du livre d'Eric Zemmour est dû au fait que "beaucoup de Français sont soulagés de réaliser qu’ils ont enfin le droit de dire ce qu’ils pensent et ce qu’ils veulent, de pouvoir affirmer et assumer ce qu’ils pensaient indicible il y a peu".

Partisan de toujours d'une liberté d'expression à tout prix (il était déjà l'auteur en 2003 de La censure des bien-pensants), Robert Ménard se pose en défenseur du "pluralisme" et de la "démocratie". Et en appelle à l'ONG qu'il dirigeait jusqu'en 2008, Reporters sans frontières : "Je ne peux imaginer qu’ils se taisent sur un cas pareil !" Sans démontrer en quoi les thèses qu'aime aujourd'hui à développer Eric Zemmour dans les nombreux médias qui lui ont donné la parole, correspondent à un quelconque de travail de journaliste.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

EN DIRECT - Covid-19 : les plus grandes fortunes mondiales épargnées par la crise

Ces Français qui prennent leur retraite dans un Ehpad 4 étoiles en Tunisie

EN DIRECT - Procès de Trump : l'acte d'accusation transmis aujourd'hui au Sénat

Vers un troisième confinement ? L'Élysée assure que rien n'est décidé

Lire et commenter