Sa surdité, sa fille, ses coups de déprime : sur le Divan de Fogiel, Mélenchon se dévoile beaucoup

Sa surdité, sa fille, ses coups de déprime : sur le Divan de Fogiel, Mélenchon se dévoile beaucoup

DirectLCI
TÉLÉVISION - Dans Le Divan de Marc-Olivier Fogiel, mardi à 23h10 sur France 3, le fondateur du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon se livre sur sa vie privée, sa surdité, son enfance, sa famille ou encore sur ses relations avec Mitterrand. Une séquence insolite pour celui qui défend toujours son droit à la vie privée.

Les psychanalystes le savent bien : être allongé sur un divan pousse aux confidences intimes. C'est précisément ce qui a dû arriver à Jean-Luc Mélenchon, invité ce mardi de l'émission "Le Divan" de Marc-Olivier Fogiel, à 23h10 sur France 3.

D'après les séquences déjà diffusées et les extraits racontés par le JDD , le fondateur charismatique du Parti de gauche a visiblement transigé avec sa traditionnelle réticence à déballer sa vie privée. L'élément le plus intime est probablement la révélation de sa surdité. "C'est de père en fils dans ma famille, explique l'eurodéputé. Ça a des inconvénients, tout le monde le comprend, mais comme tous les handicaps, ça a de très grands avantages." Avec des conséquences sur son comportement : "Vous, vous voyez les gens arriver, vous les entendez, dit-il. Moi, non. Je les découvre quand ils sont sur moi. Si bien que souvent, je le vis comme une agression, le temps de réagir."

Sa fille, ses parents et Mitterrand

Dans une autre séquence, Jean-Luc Mélenchon évoque sa fille, également militante au Front de gauche. "Si elle avait fait d’autre choix, je n’aurais pas pour autant cessé de l’aimer", assure-t-il. Tout en précisant : "Les chats ne font pas des chiens, nous sommes des gens de convictions dures". L'ancien candidat à la présidentielle raconte également son enfance, le départ de sa famille du Maroc et le divorce de ses parents. Son coup de déprime de l'après-2002, ou encore son goût pour la voix de Carla Bruni, l'épouse de Nicolas Sarkozy.

Le penchant "people" de Jean-Luc Mélenchon n'est pas vraiment une nouveauté. En décembre 2014, il avait choisi d'accorder, à la surprise générale, une interview au magazine Closer .

LIRE AUSSI
>> Débat Zemmour-Mélenchon : les 3 choses à retenir du clash sur RTL >> Jean-Luc Mélenchon sur Twitter : "Fermez votre gueule, Madame Merkel"

"Le Divan" est enfin l'occasion pour lui de s'épancher sur l'un de ses sujets favoris : son amour pour François Mitterrand, qu'il nomme "Le Vieux". "Je l'admirais beaucoup, clame l'ancien membre du PS. Il était d'une extrême courtoisie, d'une très grande douceur."

Peu après la bataille des élections européennes, en mai 2014, et le succès foudroyant de son ennemi juré, le Front national, le leader du Front de gauche avait exprimé son besoin de prendre du recul. Un brin désabusé, il affirmait avoir " besoin de dormir, de ne rien faire, de bâiller aux corneilles ". Le moment de l'introspection n'est manifestement pas terminé. Son retrait alors annoncé de la vie publique, en revanche, n'a pas duré bien longtemps.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter