#SaccageParis : Hidalgo reconnaît un "problème parisien" et promet la décentralisation de la propreté à Paris "avant l'été"

La maire de Paris, Anne Hidalgo, annonce que 500.000 masques seront disponibles fin avril pour les Parisiens.

RÉACTION - Sur RTL ce jeudi, la maire de Paris Anne Hidalgo s'est exprimée sur le hashtag "SaccageParis" qui fleurit ces derniers jours sur Twitter. Si, selon elle, il s'agit d'une "campagne de dénigrement" orchestrée par ses opposants politiques, elle admet que la propreté est un "problème parisien" et promet une décentralisation à Paris.

Depuis le week-end de Pâques, le mot-dièse #SaccageParis a fait le tour des réseaux sociaux pour pointer la saleté et la dégradation du mobilier urbain dans la capitale. Ce jeudi, sur RTL, la maire de Paris Anne Hidalgo a reconnu l'existence d'un "problème parisien" mais a surtout dénoncé une "campagne de dénigrement" sur les thèmes de la propreté, synonyme de "trumpisation de la vie politique".

L'élue socialiste a ajouté que ce problème était "très ancien" : "Je n'ai pas connu une seule campagne municipale à Paris depuis 20 ans qui ne se soit pas faite sur le problème de la propreté". Selon l'édile de la capitale, l'origine de #SaccageParis provient probablement de comptes liés à l'extrême droite, mais accuse également Pierre Liscia, candidat divers droite aux dernières municipales dans le XVIIIe arrondissement, d'être "derrière beaucoup" des comptes Twitter à l'origine de cette "campagne très orchestrée".

La décentralisation, la solution ?

"Sur les 5 jours où cette campagne a pris forme, il y a eu 5.200 tweets à auteur unique. Mille tweets par jour, ce n'est pas rien", affirmait mercredi à l’AFP le chercheur Carlos Moreno, proche de Mme Hidalgo. Pour cet urbaniste, conseiller spécial pour une "ville intelligente" à la mairie de Paris, il y a derrière #saccageParis "une vraie problématique autour des déchets, de la propreté, de l'esthétisme et des nouvelles urbanités qui vient se croiser avec un phénomène, l'astroturfing, qui lui est une manipulation politique, militante".

Pour lutter plus efficacement contre ces amas de déchets toujours plus importants dans Paris, Anne Hidalgo a indiqué qu'elle allait engager "avant l'été", la décentralisation de certaines compétences, dont la propreté, de la mairie centrale vers les mairies d’arrondissement : "Je ne pense pas qu'on puisse s'occuper, par exemple, de problèmes de propreté au quotidien dans les quartiers depuis un niveau central qui est l’Hôtel de Ville de Paris. Donc c'est une compétence que je veux déconcentrer, c’est-à-dire que les maires d'arrondissement aient les moyens d'organiser dans leurs arrondissements les tournées de propreté."

Lire aussi

"La décentralisation est une façon d'aller vers plus d'efficacité : plus on est dans la proximité pour gérer des questions de proximité, mieux, je crois, on s'en sort", a encore déclaré la maire de Paris, qui a maintenu son engagement de campagne de doubler au cours de son second mandat de 500 millions à 1 milliard d'euros le budget dédié à l'entretien et à la rénovation des rues de la capitale.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter