Saisie de fonds publics : le Rassemblement national peut-il vraiment "mourir à la fin du mois d'août" ?

Saisie de fonds publics : le Rassemblement national peut-il vraiment "mourir à la fin du mois d'août" ?

DÉCRYPTAGE - Marine Le Pen s'est insurgée lundi contre la saisie de 2 millions d'euros d'aide au Rassemblement national (RN), un "coup d'Etat" des juges qui mettrait le parti en "danger de mort". Mais le RN peut-il vraiment disparaître ? On a posé la question à son trésorier Wallerand de Saint-Just.

"Coup d'Etat" des juges, "peine de mort" contre le RN, "persécution", "dérive dictatoriale": Marine Le Pen n'a pas de mots assez durs pour dénoncer la saisie par la justice de 2 millions d'euros de subventions publiques au Rassemblement national. Une confiscation qui intervient dans le cadre de l'affaire des emplois présumés fictifs d'assistants d'eurodéputés FN au Parlement européen entre 2009 et 2017.

Lors d'une conférence de presse ce lundi matin, la présidente du parti a assuré que le Rassemblement national (RN) sera mort à la fin du mois d'août si rien n'est fait. Un constat trop alarmiste ? Non, selon le trésorier du parti Wallerand de Saint-Just. "Aujourd'hui, le 9 juillet 2018, je sais que je ne peux pas payer les salaires du mois de juillet et encore moins ceux du mois d’août", dit-t-il à LCI. Le Rassemblement national dépense chaque mois 250.000 euros pour payer les salaires et les diverses charges.

Le parti a aussi lancé un appel aux dons, et avait recueilli lundi environ 50.000 euros, sur les 350.000 dont il a besoin pour se financer d'ici à fin août, hors loyer. "C’est à la mesure de l’indignation des Français", estime Wallerand de Saint-Just.

Toute l'info sur

La justice saisit deux millions d'aides publiques : le RN en faillite ?

Le Rassemblement national ne doit pas être privé brutalement d’une partie de ces recettes- Wallerand de Saint-Just

Le RN a fait appel auprès de la chambre d'instruction de la Cour d'appel de Paris, dont Marine Le Pen espère une décision "en urgence". Joint par LCI, Me Babonneau, avocat pénaliste au barreau de Paris, assure que les délais pour obtenir une audience à la chambre d'instruction sont "très longs : de six mois à un an, voire un an et demi". Et d'ajouter : "Si cette affaire était jugée  dans des délais plus brefs, ce serait dérogatoire par rapport à la pratique".

Et de conclure, amer : "On a des dettes, certes, mais le Rassemblement national est assuré d’avoir sur les 5 ans de la mandature législative entre 35 à 40 millions d’euros de recettes (dons, reversements, aides…). On peut fonctionner et s’en sortir. Mais le parti ne doit pas être privé brutalement d’une partie de ses recettes".s banques, mais nous c’est niet tout le temps. On ne nous prête pas un centime."

Et de conclure, amer : "On a des dettes, certes, mais le Rassemblement national est assuré d’avoir sur les 5 ans de la mandature législative entre 35 à 40 millions d’euros de recettes (dons, reversements, aides…). On peut fonctionner et s’en sortir. Mais le parti ne doit pas être privé brutalement d’une partie de ces recettes".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Aubervilliers : une fête au commissariat en plein couvre-feu, la préfecture promet des sanctions

2000 livres et un aller-simple pour quitter le Royaume-Uni : l'offre surprenante de Londres aux citoyens de l'UE

EN DIRECT - Covid-19 : l'Allemagne veut restreindre ses vols avec les pays les plus touchés

Frontière France-Belgique : de nouvelles règles s’appliquent désormais

Après la flambée due au variant, les contaminations baissent au Royaume-Uni : quels enseignements en tirer ?

Lire et commenter