Salaire du patron de Renault : Macron sort les griffes

Salaire du patron de Renault : Macron sort les griffes

AVERTISSEMENT - Alors que le conseil d'administration du groupe Renault maintient envers et contre tout le salaire de son patron, Carlos Ghosn, le ministre de l'Economie a menacé ce mardi de légiférer s'il ne revenait pas sur cette décision.

Emmanuel Macron parviendra-t-il à faire plier le conseil d'administration de Renault ? Alors que ce dernier vient de décider de maintenir envers et contre tout la rémunération de son PDG, Carlos Ghosn (7,251 millions d'euros l'an dernier), le ministre de l’Economie a sorti ses griffes, ce mardi.

A l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron a demandé au conseil d'administration de revenir sur sa position, faute de quoi le gouvernement "sera conduit à légiférer" pour imposer un encadrement de cette rémunération.

Pierre Gattaz aussi est "gêné"

Le ministre demande au groupe de prendre en compte le vote de l'assemblée générale des actionnaires de Renault (où l'Etat pèse pour 20 % des droits de vote), qui a rejeté vendredi 29 avril à 54.12 % la résolution portant sur la rémunération de Carlos Ghosn. Le vote des actionnaires n'est que consultatif mais, affirme Emmanuel Macron, il faut "tirer les conséquences" de leur décision.

Le président du Medef, Pierre Gattaz, s'est lui-même déclaré "gêné" par ce passage en force du conseil d'administration. Pour l'heure, ce dernier s'est contenté d'évoquer des pistes de réflexion pour l'avenir, "pour les années 2016 et suivantes".

A LIRE AUSSI
>>  Le patron qui a divisé son salaire par 14 fait le bonheur de ses salariés

>> Comment sont encadrées les rémunérations des grands patrons français

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un conseil de défense sanitaire se tiendra lundi, annonce Jean Castex

Affaire Hulot : "La justice ne se rend pas dans les tribunaux médiatiques", réagit Emmanuel Macron

Autriche : une chirurgienne ampute la mauvaise jambe, elle est condamnée à une amende

Y a-t-il réellement "91% de fausses couches" chez les mères vaccinées au cours du premier trimestre ?

Cinquième vague : l'épidémiologiste Arnaud Fontanet appelle les Français à réduire leurs contacts de "10 à 20%"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.