Sarkozy à Châteaurenard : "Ce n'est pas la chasse gardée de Copé"

Politique
GUÉGUERRE - Invité au micro de RTL ce vendredi matin, Jean-François Copé a jugé "cocasse" et "bizarre" que son adversaire Nicolas Sarkozy annonce sa candidature à la primaire de droite, là où lui fait sa rentrée politique chaque année. Metronews a interrogé Robert Reynès, le maire de la commune. Ce dernier défend le patron des Républicains.

C’est à Châteaurenard, en région PACA, que Nicolas Sarkozy devrait annoncer sa candidature à la primaire de droite jeudi 25 août. Une démarche que son adversaire Jean-François Copé a jugée cocasse ce vendredi matin sur RTL, cette commune étant celle où lui-même fait sa rentrée politique chaque année. "C'est un peu comme si François Hollande annonçait sa candidature là où Arnaud Montebourg fait sa Fête de la rose", a-t-il déclaré. "C'est un peu bizarre".

"M’emmerdez pas avec ça"

Contacté par metronews, Bernard Reynès, maire LR de Châteaurenard, explique qu’il ne s’agit en rien d’une provocation. "Même si je lui porte toute mon amitié, Châteaurenard n’est pas la chasse gardée de Jean-François Copé", assure-t-il. "J’ai reçu tous les candidats, il était légitime que je reçoive Nicolas Sarkozy". Selon ses propos, l’ancien chef de l’Etat aurait choisi la petite commune des Bouches-du-Rhône pour "fuir le parisianisme" et "aller vers quelque chose de plus authentique, plus terroir". Ou de plus stratégique, puisque Châteaurenard se trouve à proximité du Gard, du Var et du Vaucluse, des départements tombés aux mains du Front national.

Nicolas Sarkozy a-t-il choisi cet endroit pour ennuyer son adversaire, qui culmine à 1% dans les derniers sondages  ? Pas vraiment, à en croire l'intéressé. Selon un élu de son entourage contacté par metronews, l'ex-président a répondu à l’un de ses collaborateurs qui lui faisait la remarque : "Oh, ne m’emmerdez pas avec ça !"

EN SAVOIR +
>>  Copé trouve le lieu choisi par Sarkozy pour son entrée en campagne "cocasse"

>> Sarkozy bientôt en lice pour 2017 : comment annonce-t-il ses candidatures ?

A LIRE AUSSI >>  Primaire à droite : cinq choses qui peuvent expliquer la remontée spectaculaire de Nicolas Sarkozy

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter