Nicolas Sarkozy : "Dès que vous devenez Français, vos ancêtres sont Gaulois"

DirectLCI
VERCINGÉTORIX - En déplacement dans le Val-d’Oise lundi soir, le candidat à la primaire de la droite Nicolas Sarkozy s’est une nouvelle fois attaqué à l’islam radical, dans une nouvelle tirade assimilationniste.

En meeting dans le Val-d'Oise ce lundi, Nicolas Sarkozy était remonté contre l'islam radical. A Franconville, l'ancien chef d'Etat s'est appuyé sur la thématique de l'égalité hommes-femmes pour s'en prendre au burkini, qu'il assimile à un instrument de domination de la femme : "Je n’accepterai pas les comportements moyenâgeux qui veulent qu’un homme se baigne en maillot de bain, quand les femmes sont enfermées."

L’ancien président de la République a continué dans la veine historique : "Si l’on veut devenir Français, on parle français, on vit comme un Français. Nous ne nous contenterons plus d’une intégration qui ne marche plus, nous exigerons l’assimilation. Dès que vous devenez Français, vos ancêtres sont Gaulois. ‘J’aime la France, j’apprends l’histoire de France, je vis comme un Français’ doit se dire celui qui devient français." "Mon père est Hongrois, on ne m’a pas appris l’histoire de la Hongrie. Mon grand-père maternel est Grec, on ne m’a pas appris l’histoire de la Grèce" a-t-il expliqué en prenant son cas personnel pour exemple.


Une comparaison historique dont la véracité a été remise en question, aussi bien par des spécialistes que des adversaires politiques :

"Si on dit qu’on ne peut plus continuer avec l’immigration […] alors on est traité de raciste. C’est insupportable"Nicolas Sarkozy

Pendant son discours, Nicolas Sarkozy a dénoncé "l’islam extrémiste et politique" à qui il prête le but de "provoquer la République". Et à ceux qui l'accusent de favoriser le clivage entre communautés en faisant des amalgames, il répond : "Il faut combattre la pensée unique dans ce qu’elle a de plus insupportable […] Si on dit que l’islam pose un problème d’intégration, comme à l’époque, les catholiques ont posé un problème à la République, on est islamophobe. C’est insupportable. Si on dit qu’on ne peut plus continuer avec l’immigration […] alors on est traité de raciste. C’est insupportable."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter