Sarkozy et Juppé à Londres : au fait, pour qui votent les Français de l'étranger ?

Sarkozy et Juppé à Londres : au fait, pour qui votent les Français de l'étranger ?

ZOOM - Au lendemain du Brexit, Nicolas Sarkozy s'était rendu à Londres pour parler Europe avec les expatriés français. Lundi soir, Alain Juppé doit également y tenir une réunion publique. L'occasion de se pencher sur le vote de ces fameux "expats" qui pourraient, à l'un comme à l'autre, servir de tremplin lors de la primaire de la droite.

Ils ne résistent pas à l'appel de Londres. Après Nicolas Sarkozy le 29 juin, c'était au tour de son grand concurrent à la primaire, Alain Juppé, d'y tenir conférence lundi soir. Mission pour les deux responsables Les Républicains : rassurer les "expats" d'outre-Manche, dont ceux qui gravitent autour du quartier d'affaires de la City, après le Brexit . Puis taper sur François Hollande, accusé de faire peu de cas de ces Français qui ont bâti leur vie hors de nos frontières. Et, pourquoi pas, aller glaner quelques voix pour la primaire de novembre 2016, prélude à la présidentielle.

A LIRE AUSSI
>> A Londres, Sarkozy s'étonne que le gouvernement ne soit pas venu avant lui

Les Français vivant hors de France - 1,7 million étaient inscrits comme tels en 2015 au registre mondial des Français de l'étranger , soit une hausse de 1,8% sur un an - ont la réputation de voter plus à droite que leurs compatriotes de l'Hexagone. Un auditoire de choix pour les nombreux candidats de l'opposition qui rivalisent de propositions libérales. Qu'en est-il vraiment ?

 Prime à la droite lors des présidentielles, mais…
Dire que les expatriés français votent plus à droite est fondé. Un coup d'œil aux résultats des élections présidentielles depuis 1981 en atteste, même si les choses évoluent. En 1981, François Mitterrand ne raflait que 29.75% des voix contre Valéry Giscard d'Estaing. Il faisait mieux sept ans plus tard (39.92%) face à Jacques Chirac. En 1995, Lionel Jospin passait le cap des 41%. Ségolène Royal raflait 46% en 2007, derrière Nicolas Sarkozy. A ce jour, le meilleur score de la gauche à une présidentielle chez les expatriés est donc celui de François Hollande en 2012 (46.95%), même si ce dernier a été nettement devancé par Nicolas Sarkozy. Dans le contexte actuel d'affaiblissement du PS, le candidat de la droite peut raisonnablement compter sur un bon score en 2017.

 Les Français de l'étranger ne votent pas tous pareil
Malgré tout, les résultats des dernières législatives montrent que cet électorat est plus changeant qu'il n'y paraît. En 2012, dans un contexte de vote sanction contre Nicolas Sarkozy et à rebours de la présidentielle, seules trois circonscriptions sur onze (6, 10 et 11, dont la Suisse) avaient donné l'avantage à la droite. La gauche avait été majoritaire en Amérique du Nord (jusqu'à la législative partielle de juin 2013), ainsi qu'en Europe du Nord, Royaume Uni compris. Londres, capitale pro-européenne aujourd'hui chouchoutée par Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, n'avait pas dérogé à la règle. Certains avaient mis en avant, pour expliquer ce vote de gauche en 2012, la présence croissante de ressortissants français de milieux moins favorisés partis tenter leur chance outre-Manche pour trouver un job.

 Le vote souverainiste n'a pas vraiment la cote
Les candidats eurosceptiques et souverainistes ne sont pas forcément les bienvenus lors des élections présidentielles hors de nos frontières. En 2002, Jacques Chirac avait remporté auprès d'eux un score supérieur à la moyenne nationale (91,7%) contre Jean-Marie Le Pen. En 2012, Marine Le Pen avait pris une douche froide au premier tour (5,95%), tandis que Nicolas Dupont-Aignan plafonnait à 1,25%.
Lors de son déplacement à Londres au lendemain du Brexit, Nicolas Sarkozy s'est d'ailleurs exprimé sur la "refondation" de l'Europe devant cette communauté plutôt favorable au Marché commun. Alain Juppé devait logiquement tenir lundi soir un discours très pro-européen.

 Et au fait… pourquoi Londres ?
Au-delà du Brexit et du projet européen, les candidats à la primaire de la droite n'ont pas oublié que Londres abrite la troisième communauté française installée à l'étranger. L'ancien maire de la capitale britannique, Boris Johnson, la présentait d'ailleurs (à tort) comme " la 6e plus grande ville française dans le monde ". Au total, près de 225.000 compatriotes vivraient dans le Grand Londres. De quoi intéresser des candidats à une primaire potentiellement serrée.

A LIRE AUSSI
>> Conseil national LR : le projet de Nicolas Sarkozy dont ses concurrents se désolidarisent déjà

>> Hollande, Sarkozy, Le Pen : après le Brexit, qui dit quoi sur l'Europe ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Olivier Véran annonce 47.000 nouveaux cas en 24h

Paris : une professeure du lycée Montaigne violemment agressée en plein cours par un élève

Joséphine Baker : quand un cercueil (presque) vide entre au Panthéon

EN DIRECT - Marine Le Pen juge le clip de candidature d'Eric Zemmour "passéiste et crépusculaire"

Variant Omicron : pourquoi l'OMS appelle-t-elle à ne pas fermer les frontières ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.