Sécurité à Marseille : Vive passe d'armes entre Valérie Boyer et Gérard Collomb dans l'hémicycle

DirectLCI
COUP DE GUEULE - La députée LR Valérie Boyer a interpellé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ce mercredi à l'Assemblée nationale à propos de l'attaque d'un commando armé lundi à Marseille et du discours d'Emmanuel Macron sur les banlieues.

"Chômage, communautarisme et insécurité : voici la triste réalité d’une France abandonnée aux mains de la voyoucratie et d’une macronie dépassée." La députée Valérie Boyer (LR) a interpellé le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ce mercredi lors de la séance de Questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. Elle est notamment revenue sur l'attaque de policiers par un commando armé à Marseille lundi et la présentation du plan banlieue par Emmanuel Macron le lendemain.


"Donnez à nos forces de l’ordre les moyens d’agir, investissez dans les moyens techniques pour mieux lutter contre le terrorisme  et la criminalité, assurez une réelle application des peines", a notamment lancé la députée.


Elle a aussi critiqué Emmanuel Macron, l'accusant d'"alimenter le communautarisme en reprenant "le vocabulaire et la vision racisée des indigènes de la République et en stigmatisant les mâles blancs." Et de conclure : "Alors, allez-vous répondre à une élue de la République, à une Française ou à une femme blanche ?"

D’abord vous me permettrez de ne pas partager exactement votre vocabulaire"Gérard Collomb à Valérie Boyer

Visiblement agacé, Gérard Collomb a répondu d'emblée : "D’abord vous me permettrez de ne pas partager exactement votre vocabulaire". 


Sans revenir sur le discours du Président sur les banlieues, le ministre de l'Intérieur a assuré que "dans les quartiers de Marseille, depuis trop longtemps, on ne respecte pas le droit". Et d'ajouter : "Nous avons dans les années qui viennent de s'écouler fait un certain nombre de progrès sur le quartier de la Busserine, précisant qu'en 2017, "31 affaires de stupéfiants ont été réalisées". Avant de conclure : "Car toujours dans ce quartier, comme dans tous les autres, force doit rester à la loi".


Lundi, entre cinq et dix individus encagoulés et armés se sont introduits à la Busserine, une cité sensible des quartiers Nord de Marseille connue pour les trafics de drogue qui y sont particulièrement actifs.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter