"Sécurité globale" : 49% des Français estiment que l'article 24 aura des effets négatifs pour la liberté d’information

"Sécurité globale" : 49% des Français estiment que l'article 24 aura des effets négatifs pour la liberté d’information

SONDAGE - L'article 24 de la loi de Sécurité Globale suscite un tollé au sein de classe politique. Selon notre enquête exclusive LCI avec Harris Interactive, les Français sont eux aussi divisés sur une proposition de loi qui, pour la moitié d'entre eux, la considèrent comme une menace pour la liberté d'informer.

C'est un article controversé. Le N°24 de la proposition de loi dite de "Sécurité Globale", qui doit encadrer la diffusion de l'image des forces de l'ordre, est parvenue en quelques jours à braquer la majorité, à fragiliser la solidarité gouvernementale et, ce vendredi 27 novembre, à opposer le Premier ministre au président de l'Assemblée nationale...  Une crise politique est donc venue s'ajouter à la colère des journalistes et des défenseurs des libertés publiques, qui jugent la disposition liberticide.  

Lire aussi

Toutefois, et c'est un des enseignements de notre sondage exclusif, près de six Français sur 10 (59%) estiment que cet article 24, aura des effets positifs pour la sécurité des forces de l’ordre dans leur vie privée. Elle devrait aussi, pour la moitié des personnes interrogées (49%), avoir un impact positif également dans le cadre de l'exercice de leur fonction. Et pour cause, il prévoit de pénaliser d’un an de prison et 45.000 euros d’amende la diffusion de "l’image du visage ou tout autre élément d’identification" d’un policier ou d’un gendarme en intervention lorsque celle-ci a pour but de porter "atteinte à son intégrité physique ou psychique".

En revanche, pour ce qui est de la liberté d'information, un Français sur deux (49%) se dit inquiet des conséquences que pourrait avoir cet article 24. 

Enquête réalisée en ligne du 24 au 26 novembre 2020, sur échantillon de 970 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus selon la méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes (sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e)).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

Est-ce à moi de payer le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

Un étudiant britannique se retrouve seul à bord d'un vol entre le Royaume-Uni et la Floride

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.