Ségolène Royal candidate en 2022 ? "En tant que femme, pourquoi pas"

Politique

Toute L'info sur

L'interview Politique

REPLAY - L'ancienne ministre de l'Environnement était l'invitée d'Elizabeth Martichoux, lundi 26 août, sur LCI. Elle a notamment admis envisager l'idée d'être candidate à la prochaine élection présidentielle.

Invitée de LCI, lundi 26 août, l'ex-ministre de l'Environnement, déjà candidate à la présidentielle en 2007, s'est dite ouverte à la possibilité de reprendre le flambeau d'une candidature à la prochaine échéance pour la magistrature suprême. L'ambassadrice de la France pour les Pôles a admis y penser, donnant même une connotation féministe à sa réflexion : "Je pense qu'il faut qu'on s'arrête de s'excuser, nous les femmes", d'avoir ce type d'ambitions. 

"La France n'est pas suffisamment crédible en matière d'écologie"

Au micro d'Elizabeth Martichoux, Ségolène Royal est également revenue sur la catastrophe écologique en cours en Amazonie, sur les propos sexistes de Jair Bolsonaro à l'endroit de Brigitte Macron, et sur le déroulement du G7, qui se conclut lundi 26 août à Biarritz.

Interrogée sur les incendies en Amazonie et la gestion de cette catastrophe écologique par le Brésil, l'ancienne ministre de l'Environnement estime qu'"on ne peut pas faire confiance au président brésilien" pour répondre à ce qu’elle qualifie de "criminalité écologique." L’ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique a également réagi aux critiques du président brésilien à l’égard de Brigitte Macron : "C'est intolérable et odieux [...] il faut laisser la bêtise, la vulgarité, la grossièreté et l'insulte à leur place."

Si elle salue la décision prise par Emmanuel Macron de ne pas ratifier en l’état l’accord UE-Mercosur et d'avoir mis sur la table des dirigeants du G7 le sujet des incendies en Amazonie, elle estime qu’en matière d’écologie "pour être crédible sur la scène internationale, il faut aussi être crédible sur le plan national [...] la France ne l’est pas suffisamment."

Lire aussi

"On me pose cette question de plus en plus souvent"

Ségolène Royal est également revenue sur les sujets traités au cours du G7, déplorant le fait qu'"on est assujetti au président des Etats-Unis qui déclare des guerres tous azimuts [...] on est trop poli avec lui. Il faut garder des distances." Tout en déclarant que le sommet international en cours n'a "pas d’impact en politique nationale", elle estime que la priorité pour cette rentrée en France était "le problème des urgences médicales, ce n'est plus possible de voir les hôpitaux publics se dégrader. La France a un service public remarquable qui n’est pas entendu."

Interrogée sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2022, Ségolène Royal déclare: "on me pose cette question de plus en plus souvent" avant d'ajouter qu'"en tant que femme, pourquoi pas." Elle explique toutefois que "ce n’est pas une envie personnelle." L'ambassadrice de la France pour les Pôles arctique et antarctique ajoute que s'il y a une candidature, ce sera "en avant avec l'écologie, le féminisme, et à gauche bien sûr."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter