VIDÉO - Ségolène Royal critique la hausse des taxes sur le carburant : "Elle a abandonné l'écologie", riposte François de Rugy

Politique
ENVIRONNEMENT - Après les vives critiques de Ségolène Royal sur la hausse des taxes sur les carburants, le ministre de la Transition écologique François de Rugy, invité de LCI mercredi matin, a accusé sa prédécesseure d'avoir "abandonné l'écologie quand elle a abandonné le ministère".

François de Rugy n'a pas apprécié la récente sortie de Ségolène Royal sur la hausse des taxes sur les carburants décidée par le gouvernement. L'ancienne ministre de l'Environnement de François Hollande avait fustigé, lundi matin sur RTL, une politique consistant seulement "à faire des taxes supplémentaires" et égratigné un gouvernement qui ne passe pas une semaine "sans qu'il y ait un recul sur l'écologie". 


Des propos qui sont plutôt mal passés, d'autant que François de Rugy était loin d'être un opposant de l'ex-ministre sous le précédent quinquennat. D'où la réponse acerbe de l'actuel ministre de la Transition écologique, mercredi matin sur LCI. "Elle a abandonné l'écologie quand elle a abandonné le ministère de l'Ecologie", a rétorqué l'invité de LCI. "On est plus dans l'écologie quand, éventuellement, on est candidate aux Européennes", a-t-il également avancé, faisant écho à une rumeur qui verrait Ségolène Royal prendre la tête d'une liste pour ce scrutin, ce qu'elle n'a jamais confirmé jusqu'ici. 

"De conférence en conférence"

François de Rugy a rappelé que la loi de transition énergétique, votée en 2016 et portée par Ségolène Royal, prévoyait précisément "une trajectoire de hausse des taxes sur les carburants" afin d'engager la France sur le chemin de la lutte contre le réchauffement climatique.  Une réforme qui prévoyait aussi le mix énergétique, avec une production nucléaire ramenée à 50%, mais "la ministre de l'époque n'a rien fait pour mettre en oeuvre cette loi". 


Et de tancer à nouveau l'ancienne ministre. "Elle est l'ambassadrice de la France pour les pôles... Si on veut agir pour les pôles, et donc pour le climat, il faut être concret. Il ne faut pas se contenter d'aller de conférence internationale en conférence internationale. Il faut le faire, mais il faut aussi agir chez nous."


"Ségolène Royal a tapé à côté. Elle a été triplement malhonnête", dénonçait au même moment le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, sur RTL. "Elle a été malhonnête par rapport à ses engagements passés [...] Elle a mis en place la taxe carbone [...] Elle est malhonnête par rapport aux défis climatiques, parce qu'elle est l'une des mieux placées pour savoir qu'il y a urgence à changer les comportements."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des Gilets jaunes ne s'éteint pas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter