Selon la Cour des comptes, le redressement des finances publiques "est quasiment à l'arrêt"

La Cour des comptes s'inquiète d'un dérapage des dépenses publiques dans son rapport annuel.
Politique

BUDGET - Dans son rapport annuel rendu public mardi, la Cour des comptes met en doute la capacité du gouvernement à redresser les finances du pays en 2020. Les outils pour maîtriser la dépense publique "ne sont pas identifiés".

La Cour des comptes s'inquiète une fois de plus de la trajectoire budgétaire de la France. Dans son rapport annuel, rendu public mardi, l'institution pointe des "risques" quant au respect des objectifs affichés au début du quinquennat d'Emmanuel Macron, et matérialisés en janvier 2018 dans la loi de programmation pluriannuelle des finances publiques. 

Si la Cour des comptes reconnaît que la hausse de la dépense publique est restée "globalement modérée" en 2019, elle estime "qu'en 2020, des risques existent sur la tenue des objectifs". "Au-delà de l'année 2020", ajoute-t-elle, "les leviers que le gouvernement entend mobiliser pour maîtriser la dépense et financer les baisses d'impôts déjà annoncées, tout en réduisant le déficit, ne sont pas identifiés." 

"Le redressement des finances publiques, déjà très graduel au cours des dernières années, est aujourd'hui quasiment à l'arrêt", pointe également le rapport, rappelant que l'exécutif table sur un déficit de 2,2 points en 2020. La dette publique, quant à elle, "reste proche de 100% du PIB" et ses chances de reflux en 2020 resteraient faibles. 

Lire aussi

"Effort limité de maîtrise des dépenses"

Le rapport de la Cour des comptes rappelle les "mesures importantes de baisse des prélèvements obligatoires" prises par le gouvernement - dont l'essentiel vient du remplacement du CICE en allègements pérennes de cotisations pour les entreprises - alors que la dépense publique est restée dynamique. 

"En 2019, le déficit public prévu pour la France (3,1% du PIB) reste nettement supérieur à celui prévu pour la zone euro dans son ensemble", indique le rapport, jugeant que "la position relative de la France est nettement dégradée" par rapport à ses partenaires européens. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent