Séparatisme : Frédéric Péchenard déplore l'absence d'une "vraie volonté politique" à la veille du discours de Macron

Séparatisme : Frédéric Péchenard déplore l'absence d'une "vraie volonté politique" à la veille du discours de Macron
Politique

INTERVIEW POLITIQUE - Invité politique de LCI ce jeudi 1 octobre, Frédéric Péchenard, vice-président LR du conseil régional d'Ile-de-France, est notamment revenu sur la future loi contre le séparatisme, à la veille du grand discours d'Emmanuel Macron sur le sujet.

Emmanuel Macron doit prononcer un grand discours sur les dangers des "séparatismes", dont l'islam radical, ce vendredi 2 octobre à l'occasion d'un déplacement présidentiel aux Mureaux (Yvelines), en vue d'un futur projet de loi. "Ça fait plus d'un an qu'on l'attend", a souligné ce jeudi matin sur LCI Frédéric Péchenard, vice-président LR du conseil régional d'Ile-de-France, impatient de savoir de quoi il va en retourner. 

Pourquoi un tel délai ? L'ancien patron de la police nationale a pointé du doigt l'absence d'"une vraie volonté politique de lutter contre le séparatisme" : "Je vais écouter Emmanuel Macron avec intérêt mais, en dehors des mots, il nous faut une loi pour clarifier ce qui est interdit et ce qui appartient à une zone grise, a-t-il développé, citant en exemple "la radicalisation dans le sport" qui "pose problème". "Comment faire en sorte de lutter contre ça ? Et lutter contre quelque chose de fondamental : la loi religieuse, quelle qu'elle soit, doit être en-dessous de la loi de la République. Les croyances restent à la maison, la loi de la République doit s'appliquer à tout le monde dans la société", a-t-il poursuivi. Pour Frédéric Péchenard donc, "il faut cette loi sur le séparatisme". Mais l'élu francilien reste sur ses gardes : "On verra le contenu."

Lire aussi

"Il faut que nos concitoyens musulmans prennent la parole"

Dans la lutte contre le séparatisme islamiste, Fréderic Péchenard déplore que "la charte de la laïcité" soit "systématiquement combattue par l'extrême-gauche et les écologistes" : "Cette charte est une évidence, j'espère qu'elle sera dans la loi contre le séparatisme. Il faut que nos concitoyens musulmans prennent la parole (...) On y arrivera qu'en isolant les salafistes qui doivent changer leur façon d'être et les terroristes qui doivent aller en prison. Parce que la loi de la République doit être plus forte que la religion."

Un projet de loi axé autour de quatre thématiques

Emmanuel Macron a réuni mercredi 30 septembre les différents responsables de culte pour expliquer le futur texte portant sur la stratégie de l'exécutif contre les "séparatismes", qu'ils recevront le 15 octobre. Selon François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France (FPF) et Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman (CFCM), interrogés par l'AFP à la sortie, "quatre thématiques" composent le futur projet de loi, qui sera présenté en Conseil des ministres en fin d'année puis au Parlement début janvier. 

Toute l'info sur

L'interview Politique

Le premier axe consistera selon eux en un "rappel de la neutralité du service public et des délégations de service public". 

Le deuxième portera sur "l'exigence, pour toutes les associations qui veulent demander des subventions, de respecter l'égalité homme/femme et de ne pas être sujette à des dérives sectaires". Le troisième point portera "sur les écoles confessionnelles hors contrat". Enfin, la dernière partie devrait comprendre des dispositions encourageant le culte musulman, aujourd'hui majoritairement constitué sous le régime de l'association loi 1901, à adopter le régime des associations loi 1905 moins souple dans ses obligations comptables, en contrepartie d'avantages fiscaux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

EN DIRECT - Attentat de Nice : un homme suspecté d'avoir été en contact avec l'assaillant interpellé

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Un nouveau confinement et des rues loin d'être vides

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent