Service national universel : ce qu'il faut retenir des annonces du gouvernement

Politique
DirectLCI
GOUVERNEMENT - Le secrétaire d'État chargé de la jeunesse Gabriel Attal détaille ce lundi dans les pages du quotidien "Le Parisien" le contenu de la réforme du service national universel pour les jeunes de 16 ans.

Gabriel Attal en dit plus ce lundi sur ce qu'il qualifie de "réforme de société la plus puissante depuis de nombreuses années". Dans Le Parisien daté du 16 novembre 2018, le secrétaire d'État chargé de la jeunesse détaille les grandes lignes du rapport préparé par le groupe de travail dédié au service national universel (SNU) qu'il remet ce lundi au président Emmanuel Macron. 


Les premières applications du dispositif sont attendues pour le mois de juin 2019 pour les départements volontaires tests, qui restent à définir. Cette promesse de campagne d'Emmanuel Macron vise à fédérer la jeunesse autour "de valeurs communes" et créer "un sentiment d'unité nationale". Il concernerait chaque année 800.000 jeunes de 16 ans, garçons comme filles. Les lycéens seront convoqués pendant un mois, dont quinze jours en hébergement collectif. Une partie facultative de trois mois sera également mise à l'essai. 


Depuis son annonce, la mesure suscite de nombreuses critiques, dont le caractère obligatoire n'est pas le moindre. "Contradictoire" et synonyme "d'aveu d'échec pour l'école", qui devrait "tenir ce rôle", souligne le sociologue du CNRS Olivier Galland auprès du Parisien, il renvoie aussi à "l'image d'Epinal" du service militaire, aboli par Jacques Chirac en 1996, estime l'historienne Bénéficte Chéron. Une image dont le gouvernement veut s'éloigner, non sans difficulté.

Il reste des points à trancher dans ce dossier et ça va être délicat.Un membre du groupe de travail

Les arbitrages d’Emmanuel Macron sont attendus d’ici le mois de janvier notamment sur le calendrier du stage pratique ou les départements tests. Le budget est toujours inconnu même si une estimation l’évalue à 1,6 milliard d’euros par an. "Il reste des points à trancher dans ce dossier et ça va être délicat", souligne un membre du groupe de travail. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter