Son père, l’Europe, l’identité française... Marine Le Pen se livre dans "Vie politique"

DirectLCI
Marine Le Pen était ce dimanche invitée de l’émission "Vie politique" sur TF1. La présidente du Front national a parlé de sa relation avec son père, et a évoqué ce qu’elle souhaite pour la France si elle est élue en 2017.

Ce dimanche, Gilles Bouleau recevait Marine Le Pen dans "Vie politique". L’occasion de s’attarder sur la personnalité de la présidente du Front national. Cette dernière a tout d’abord découvert ce que pensent d’elle les Français. Selon un sondage réalisé par la Sofres, les défauts de la candidate à la présidentielle sont : qu’elle critique tout le monde (64%), est intolérante (60%), n’apporte pas de solution (55%), est raciste (55%), est démagogue (54%). 



Marine Le Pen a réagi aux accusations de racisme. "C’est l’image qu’on a cherché à donner de moi et de nous. C’est une accusation injuste qui ne correspond pas à notre programme. Rien dans notre programme ne vise à séparer les gens en fonction de leur race, ou à discriminer les gens en fonction de leur origine ou de leur religion."

La combativité, principale qualité de Marine Le Pen selon les Français

Du côté des qualités, les Français lui attribuent : la combativité (71%), le fait qu’elle privilégie les Français (69%), qu’elle soit bonne oratrice (66%), qu’elle dise tout haut ce que tout le monde pense tout bas (62%) et qu’elle ait de bonnes idées (42%). 

Interrogée sur le conflit qui l’oppose à son père depuis mai 2015, Marine Le Pen a déclaré : "A un moment donné, nous ne pouvions plus faire de la politique ensemble. Il avait énormément de mal à ne pas imposer ses vues, et à les imposer par une série de provocations dont il savait qu’elles allaient entraîner la rupture."

La présidente du FN a également commenté la récente stratégie de son parti qui consiste à ne plus mentionner son nom sur les affiches électorales. Marine Le Pen invoque une "forme de proximité" avec les gens. "Les gens m’appellent Marine, peut-être parce que nous sommes deux à porter ce nom."



VIDEO. "Marine 2017" mais pas Le Pen : "J'ai voulu marquer cette proximité"

En vidéo

"Marine 2017" mais pas Le Pen : "J'ai voulu marquer cette proximité"

Interrogée sur son programme économique, Marine Le Pen a de nouveau expliqué qu’elle souhaitait que la France sorte de la zone euro, et que cela lui permettrait de retrouver le plein emploi. "L’euro est un obstacle à la reprise de l’emploi en Europe" déclara-t-elle. "L’euro est un couteau planté dans nos côtes qui permet à l’Union européenne de nous faire avancer exactement là où elle veut. (…) Est-ce que vous croyez que l’on peut vivre sans décider de son destin ? Personne ne peut avoir raison contre le peuple français." 

Est-ce que l’islam est compatible avec la République : c’est aux musulmans de répondre. Je crois que oui."Marine Le Pen

A propos des questions d’identité, la présidente du Front national a martelé que la politique de son parti ne visait "en aucune manière à opérer des discriminations. Nous défendons tous les Français, peu nous importent leurs origines, leur religion. Peu nous importe que leurs parents soient étrangers. "A propos de l’islam elle a déclaré : "Est-ce que l’islam est compatible avec la République : c’est au musulmans de répondre. Je crois que oui. Un islam tel que nous l’avons connu, laïcisé, oui. (…) Je ne définis pas la France par une couleur de peau. Ce qui est important c’est le sentiment d’appartenance à la nation française." Pour elle, ce qui est important c’est que tous les Français aient en "priorité accès à un logement social dans leur pays", en priorité accès "à l’emploi dans leur pays".



VIDEO. Marine Le Pen : "Je ne lutte pas contre l'islam, mais contre le fondamentalisme"

En vidéo

Marine Le Pen : "Je ne lutte pas contre l'islam, mais contre le fondamentalisme"

VIDEO. Marine Le Pen se décrit en deux mots

En vidéo

Marine Le Pen se décrit en deux mots

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter