Sexe, amour et mariage homo : le kamoulox de Sarkozy

Sexe, amour et mariage homo : le kamoulox de Sarkozy

UMP - Après avoir pris position samedi pour l'abrogation de la loi Taubira autorisant le mariage des couples homosexuels, Nicolas Sarkozy s'est lancé dans un développement complexe sur l'amour, le sexe et le désir. Que l'on tente ici de comprendre, à tête reposée.

Il est arrivé Le Maire, il est reparti Mariton. Nicolas Sarkozy a surpris son monde samedi, en virant subitement de cap quant à la loi Taubira sur le mariage pour tous. Avant le meeting de "Sens commun", un mouvement UMP issu de la Manif pour tous, l'ex-chef de l'Etat avait toujours tenu un discours en deux points sur le sujet, prônant une "réécriture" partielle du texte (la position de Bruno Le Maire) tout en refusant de s'avancer plus loin, par souci de rassemblement. Mais l'ex-chef de l'Etat a plié samedi devant les militants de la Manif pour tous, s'engageant pour la première fois en faveur d'une "abrogation" : "Si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher !" Avant de s'embarquer dans un long développement sur l'amour, la sexualité et le désir dont nous retraçons ici les passages principaux, dans l'ordre, pour tenter de comprendre son cheminement…

EN SAVOIR +
>> Nicolas Sarkozy veut désormais abroger la loi Taubira

>> Nicolas Sarkozy peut-il vraiment abroger la loi Taubira ?

"Je suis exaspéré de cette intrusion permanente de la sexualité dans le débat public"
En préambule, Nicolas Sarkozy fustige ce qu'il considère comme une "intrusion permanente de la sexualité dans le débat public". Sans expliquer ce que le débat sur le mariage pour tous et la loi Taubira ont à voir avec l'étalage de pratiques sexuelles, il insiste : "On a honte, moi je respecte tous les outing et tout ce que vous voulez, m'enfin, la sexualité c'est privé."

"Je voudrais parler de la sexualité pour le couple"
Mais immédiatement après cette obscure considération, Nicolas Sarkozy s'autorise une entorse à son propre principe : "Je vais faire une exception pour bien me faire comprendre, je voudrais parler de la sexualité pour le couple, de l'amour, de la différence entre l'amour et le désir, et de la reconnaissance de la société". Sic.

"Vous allez dire que je suis devenu fou..."
Manifestement conscient que son monologue est de moins en moins clair, Nicolas Sarkozy admet ensuite lui-même : "Vous allez dire que je suis devenu fou, et pourtant c'est des choses qui me passionnent, et vous verrez comme ça que j'y ai réfléchi". C'est là qu'il entre dans le vif de son sujet : "Quelle est la différence entre le désir et l'amour ? Le désir n'a besoin d’être connu que dans le regard de la personne désirée. L'amour, la Terre entière doit être au courant". Conclusion : "Lorsqu'un couple, qu'il soit hétérosexuel ou homosexuel, s'aime et veut inscrire cette magnifique relation dans la durée, il a besoin de la reconnaissance sociale". Soit l'exact objet de la loi Taubira, sans aucun rapport avec la sexualité.

Homos et hétéros : "C'est pas la même chose !"
Nicolas Sarkozy le reconnaît alors, "la question de la reconnaissance de l'amour homosexuel n'est pas satisfaite par le Pacs". Reste donc... le mariage. Mais attention, pas celui de la loi Taubira, précise l'ancien Président : "Moi je crois à la différence, je veux un mariage pour les homosexuels, un mariage pour les hétérosexuels, qui tienne compte justement de la différence, parce que c'est pas la même chose !"

"On aura bien fait avancer les choses"
A ce moment-là, Nicolas Sarkozy ne fait rien d'autre que ce qu'il dénonçait en préambule : réintroduire la différence de sexualité entre les couples homos et hétéros pour justifier une reconnaissance sociale différente de leur amour. Et de conclure, pas mécontent de sa démonstration : "Si vous voulez bien convenir qu'avec ça, on a 95% de notre position sur la politique familiale, alors je crois qu'on aura bien fait avancer les choses !" Ou pas.

EN SAVOIR +
>> Abrogation de la loi Taubira : le sujet qui divise les sarkozystes

>> Sondage - 69% des Français jugent l'UMP hypocrite sur la loi Taubira

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Allemagne : "Ne permettons pas que la pandémie divise aussi notre société", déclare Frank-Walter Steinmeier

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

VIDÉO - "The Voice" : Jim Bauer a mis K.O. les coachs avec une audacieuse reprise de "Tata Yoyo"

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Lire et commenter