Mathilde Panot (LFI) traitée de "poissonnière" : le député LaREM Pierre Henriet sanctionné

La députée LFI Mathilde Panot, en juillet 2020.

PUNI - Pierre Henriet, le député LaREM qui avait traité sa collègue LFI Mathilde Panot de "poissonnière" mardi dernier dans l'hémicycle, a été sanctionné mardi par un rappel au règlement avec retenue d'un quart de son indemnité mensuelle. Richard Ferrand entend mener la guerre aux "noms d'oiseaux" proférés au Palais Bourbon.

L'auteur de l'insulte, jugée sexiste, a été frappé au portefeuille. Le député LaREM de Vendée Pierre Henriet a écopé mardi d'un rappel au règlement avec retenue d'un quart de son indemnité mensuelle, pour avoir traité mardi dernier de "poissonnière" la députée LFI Mathilde Panot, durant une séance dans l'hémicycle. 

La sanction a été annoncée à l'issue de la conférence des présidents qui se tenait le 9 février. Jeudi dernier, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, avait déjà "fermement condamné" les propos tenus dans l'hémicycle, affirmant que "le sexisme n'a pas sa place dans notre société, encore moins dans l'expression d'un élu de la République", et avait promis de "ne rien laisser passer"

"Ne laissons plus rien passer"

"La conférence des présidents, réunie ce matin, a décidé de sanctionner le député Pierre Henriet par un rappel à l’ordre avec inscription au procès verbal, entrainant une retenue de 1.405 euros sur son indemnité de député", a réagi Mathilde Panot dans la foulée. "C’est l’une des rares fois de notre histoire, que l’Assemblée nationale condamne l’un de ses membres pour injures sexistes. C’est une avancée majeure. Ne laissons plus rien passer."

Richard Ferrand a également fait savoir, à la suite de cette sanction, qu'il serait désormais intransigeant à propos des "noms d'oiseaux" lancés dans l'hémicycle. Ces derniers feront l'objet, systématiquement, d'une inscription au procès verbal et d'une retenue d'indemnité allant de 1000 à 2000 euros, sur le modèle de la sanction infligée à Pierre Henriet. 

Lire aussi

Pierre Henriet s'est défendu à plusieurs reprises d'avoir proféré une insulte sexiste à l'adresse de la députée Insoumise. "Mathilde Panot passe son temps à vociférer à la tribune et à couper la parole", avait-il expliqué mercredi dernier sur Twitter. "J’étais excédé et mon propos n'est en rien une injure, encore moins sexiste, c’est une expression pour dénoncer son comportement comme je le fais aussi pour ses collègues masculins." Le lendemain, le député LaREM s'était excusé "pour la manière, mais pas pour le mot 'poissonnière' qui n'est pas une injure". "Fils d'une employée charcutière, je n'ai certainement pas de mépris de classe. Je trouve regrettable que Mathilde Panont assimile ce métier à une injure, elle qui insulte et crie en permanence", avait-il ajouté.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter