Solère espionné par la DGSE : enquête ouverte, Sarkozy au secours de Guéant

Politique

ZAPPING – En marge de son déplacement en Inde, Nicolas Sarkozy a jugé "stupide" la mise en cause de son ancien ministre Claude Guéant alors que la DGSE aurait, selon Le Monde, surveillé Thierry Solère, son rival politique en 2012. De son côté, le parquet de Paris a annoncé ouvrir une enquête préliminaire. Tour d’horizon des différentes réactions de la droite.

"C'est dément !", a commenté Nicolas Sarkozy en réaction à l'article du Monde affirmant que le renseignement extérieur français a surveillé en 2012 les téléphones et l'adresse internet de Thierry Solère, alors dissident UMP et adversaire de Claude Guéant lors des législatives à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)."Si un ministre de l'Intérieur avait voulu faire quelque chose d'aussi stupide, pourquoi utiliser les services de la DGSE qui dépendent du ministère de la Défense ?", a questionné le président du parti Les Républicains.

"Outre cette invraisemblance, je ne vois pas ce que l'on pourrait chercher à savoir sur M. Solère ou alors il faut écouter tout le monde", a-t-il ajouté. Nicolas Sarkozy a ensuite ironisé : "Thierry Solère s'exprime six fois par jour à la télé, si on avait voulu le tracer, ça aurait été simple..."

Guéant évoque "une manipulation" visant Sarkozy

Invités des matinales politiques ce mercredi matin, Thierry Solère et Claude Guéant s'accusent mutuellement de mensonge. "C'est un viol", dénonce Thierry Solère. Invité de France Inter, celui qui a finalement battu Claude Guéant en 2012 estime que, si c'est affaire "est vraie, c'est très grave". Il rappelle que son entourage aurait également été surveillé. "Je tombe des nues, confie le député Les Républicains, "le soupçon en démocratie est un poison". L'élu affirme qu'il "verra son avocat demain (jeudi) en vue d'une plainte contre X".

Sur Europe 1, Claude Guéant a assuré, de son côté, n'avoir "jamais demandé la moindre écoute téléphonique de quelque personnalité politique que ce soit" et a de nouveau demandé l'ouverture d'une enquête. "A travers moi, on atteint effectivement Nicolas Sarkozy", a-t-il par ailleurs jugé, faisant un lien entre ces révélations et la primaire prévue au sein du parti Les Républicains pour désigner son candidat à l'élection présidentielle de 2017.


"Une barbouzerie" pour NKM

Invitée de LCI ce matin, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite pour l'élection présidentielle 2017, a également réagi sur l’espionnage présumé de Thierry Solère : "On croyait que la politique des barbouzes, c'était fini". "On attend d'avoir la confirmation et cela nécessitera sans doute une enquête. Mais si les faits étaient avérés, c'est bien sûr scandaleux", a-t-elle ajouté.


Le parquet de Paris a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire "des chefs de collecte frauduleuse de données à caractère personnel et d'atteinte à l'intimité de la vie privée et recel de ce délit". Cette enquête est confiée aux gendarmes de la section de recherches de Paris, a affirmé François Molins dans un communiqué.

EN SAVOIR + >>  La DGSE aurait surveillé Thierry Solère, rival de Claude Guéant en 2012

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter