Sondage : Copé et l'UMP au plus bas

Sondage : Copé et l'UMP au plus bas

DirectLCI
SONDAGE EXCLUSIF - A deux semaines des municipales, plus des trois quarts des Français (76%) estiment que l'UMP, marquée par une succession d'affaires la semaine dernière, joue mal son rôle d'opposant au gouvernement. Le président du parti Jean-François Copé, dont la cote de satisfaction chute encore de trois points, à seulement 23% de bonnes opinions, est plus que jamais le leader de l'opposition le plus impopulaire.

Mois après mois, l'UMP essaie tant bien que mal de redorer son blason. Tous ses efforts semblent ruinés. L'image du parti, marquée par une succession de révélations embarrassantes la semaine dernière , est catastrophique selon un sondage metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay. Seuls 23% des Français estiment en effet qu'il joue bien son rôle d'opposant au gouvernement, contre 76% qui pensent le contraire. Soit un score inférieur à la popularité du Président Hollande (en hausse de deux points, à 25% de satisfaits en mars, selon notre baromètre)... Pire encore, même les électeurs ayant voté Nicolas Sarkozy en 2012 jugent négativement la formation de droite, à 58%.

Copé dix points derrière Le Pen

"C'est assez classique pour un parti ayant perdu le pouvoir depuis deux ans", nuance Bruno Jeanbart, d'OpinionWay. Mais le politologue qualifie tout de même de "particulièrement bas" le score obtenu par l'UMP dans ce sondage. "Son image, qui s'était sérieusement dégradée au moment du vote interne fin 2012, s'était un peu redressée, mais elle a sérieusement rechuté avec les affaires actuelles", de la diffusion d'enregistrements clandestins de réunions sous l'ère Sarkozy aux soupçons de trafic d'influence qui pèsent sur l'ex-chef de l'Etat (voir encadré). La sanction est tout aussi sévère pour le patron de l'UMP, Jean-François Copé : après avoir affronté la semaine dernière des accusations de favoritisme envers une société amie, au détriment des finances de son parti, le député-maire de Meaux voit sa cote de satisfaction décliner de trois points, à seulement 23% de jugements positifs. Il s'impose ainsi plus que jamais comme le dirigeant de l'opposition le plus impopulaire, loin derrière Alain Juppé (47% de satisfaits, + 1) ou même Marine le Pen (33%, + 4).

De bien mauvais augure à seulement deux semaines des élections municipales, sensées marquer le début de la reconquête pour l'UMP avant l'autre échéance cruciale du printemps, les européennes... "L'avantage pour la droite, souligne néanmoins Bruno Jeanbart, c'est qu'au moment des élections, les Français devront trancher entre leur mécontentement vis-à-vis du pouvoir et celui vis-à-vis de opposition. Or traditionnellement, c'est le premier qui l'emporte, au profit de l'opposition". En revanche, si les électeurs décident cette fois de ne pas trancher, c'est le vote contestataire qui pourrait monter, et avec lui le FN. L'heure des règlements de compte pourrait alors sonner à l'UMP. Certains" devront "s'expliquer sur la situation" du parti après les municipales, a prévenu dimanche François Fillon dans Le Parisien .

Plus d'articles

Sur le même sujet