Sondage : Copé hors-jeu, un duel Sarkozy-Juppé pour incarner l'UMP

Politique
UMP – Démissionnaire de la présidence de l'UMP suite à l'affaire Bygmalion, Jean-François Copé laisse derrière lui un "mauvais" bilan pour 85 % des Français. Nicolas Sarkozy et Alain Juppé sont les deux noms qui ressortent pour incarner l'opposition.

L' affaire Bygmalion , et l'annonce de la démission de Jean-François Copé de son poste de président du parti qui en a découlé, ont laissé l'UMP en plein désordre. Qui doit désormais incarner le parti ? Sur quelle ligne politique ? Comment s'organiser en vue de 2017 ? Autant de questions sur lesquelles l'UMP va devoir se pencher dans les prochains mois. Le chantier est énorme. Car pour la grande majorité des Français, le bilan de Jean-Français Copé à la tête du parti est très négatif. 85 % des sondés le trouvent en effet "mauvais", selon selon un sondage BVA pour i-Télé et Le Parisien paru ce samedi.

Les chiffres s'améliorent un peu lorsque seuls les sympathisants UMP sont interrogés, mais ne dépassent tout de même pas les 34% d'avis favorables sur cette présidence d'un an et demi. Le maire de Meaux hors-jeu, la droite va devoir désigner une nouvelle figure pour l'incarner. Selon ce même sondage, Nicolas Sarkozy demeure le meilleur opposant à François Hollande et au gouvernement pour 44 % des sympathisants. Alain Juppé arrive juste derrière avec 37 %, alors que François Fillon, troisième homme cité, est lui largement distancé (7 %).

35 % des sympathisants pour une "droitisation" du parti

Les rôles sont toutefois inversés si l'on prend en compte l'ensemble des Français. Le maire de Bordeaux arrive cette fois en tête (39 %), devant l'ancien président de la République (23 %). "Juppé semble s'installer en rival de Sarkozy pour incarner l'opposition, alors même que l'ancien président de la République est confronté à un climat affairiste défavorable", souligne Erwan Lestrohan, directeur d'études chez BVA Opinion.

Quant à la ligne politique que doit suivre le parti, 55 % des sympathisants souhaitent qu'elle ne bouge pas. Ils sont toutefois 35 % à vouloir qu'elle penche davantage à droite. L'UMP se réunira en congrès extraordinaire en octobre prochain pour se choisir un nouveau président.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter