Sondage : dissoudre l'UMP ? 65% des Français y sont favorables

Politique
EXCLUSIF – Alors que la crise qui touche l'UMP ne cesse de s'aggraver suite aux multiples rebondissements liés à l'affaire Bygmalion, les Français sont 65% à se dire favorables à la disparition de ce parti, selon notre sondage metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay.

Les cadres UMP qui militent pour la dissolution du parti pourront maintenant s'appuyer sur l'opinion des Français. Selon notre sondage metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay, ils sont en effet 65% à souhaiter la dissolution de l'UMP après l'affaire Bygmalion et la démission de Jean-François Copé.

"Cette enquête montre à quel point l'UMP est touchée par le scandale Bygmalion et ses multiples rebondissements. Cette désaffection est même fortement marquée chez les électeurs de droite", souligne Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. En effet, 50% des personnes ayant voté pour Nicolas Sarkozy au premier tour de l'élection présidentielle de 2012, se disent aujourd'hui favorables à la fin de l'UMP.

L'UMP, meilleur parti d'opposition pour seulement 14% des Français

Crée il y a à peine douze ans, après le choc du 21 avril, l'existence de l'UMP est donc déjà en danger. Et si le scandale financier révélé par l'affaire Bygmalion égratigne l'image du parti, ce n'est pas le seul facteur. "Malgré l'impopularité du gouvernement, l'UMP souffre aussi de l'absence de leader. Il ne parvient pas non plus à proposer d'offre politique capable de convaincre les Français", analyse Bruno Jeanbart.

Aussi, les multiples batailles internes qui ont lieu depuis que la présidence de l'UMP est vacante, enfoncent le parti dans la crise. Il a même perdu sa place de premier opposant, puisqu'à la question : "parmi les formations politiques suivantes, laquelle s'oppose le mieux au gouvernement ?", les Français ne sont que 14% (-7 points) à penser au premier parti de droite. Les électeurs de Sarkozy en 2012, ne sont eux, pas plus de 32% à le considérer comme meilleur parti d'opposition à François Hollande. "Après les échecs aux européennes, l'UMP apparaît seulement tournée sur elle-même", ajoute le directeur adjoint d'OpinionWay. Reste à savoir si les cadres du parti vont réussir à s'unir ou préférer achever l'UMP.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter