Sondage : Emmanuel Macron accuse une nouvelle baisse dans l'opinion

Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

REFORMES - Selon le baromètre Ifop-JDD, Emmanuel Macron perd à nouveau deux points de popularité, avec 42% de satisfaits. Une évolution notamment liée au mécontentement des seniors.

L'entourage d'Emmanuel Macron a coutume de dire que le chef de l'Etat ne gouverne pas l'oeil rivé sur les sondages. Le dernier baromètre Ifop-JDD pourrait toutefois lui apporter quelques informations sur l'état de l'opinion, à l'heure où son gouvernement s'engage dans la zone de haute turbulence des mouvements sociaux dans la fonction publique. 

Selon le baromètre, le président de la République accuse une baisse de deux points supplémentaires dans l'enquête de satisfaction, à 42% de satisfaits contre 57% de mécontents. S'il reste au-dessus des niveaux de Nicolas Sarkozy et François Hollande à la même période de leur quinquennat, il retrouve son plus bas niveau, qu'il avait connu au mois d'août dernier. Ces dernières semaines, les sondeurs avaient déjà identifiés des éléments de défiance, dont la réduction de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes. Cette fois, note le directeur général adjoint de l'Ifop Frédéric Dabi dans le JDD, il s'agirait d'un effet de "la manifestation des retraités" la semaine dernière. 

En vidéo

Hausse de la CSG : les retraités descendent dans la rue pour défendre leur pouvoir d'achat

Voir aussi

Inquiétude sur le pouvoir d'achat

Emmanuel Macron, qui avait été élu avait un large soutien de la population de plus de 65 ans, enregistre une hausse de 8 points de la part des mécontents dans cette catégorie de population. Des seniors notamment inquiets pour leur pouvoir d'achat et en colère, puisqu'une partie d'entre eux constate aujourd'hui concrètement les effets de la hausse de la CSG sans compensation. 

Le Premier ministre Edouard Philippe accuse sensiblement la même baisse, avec 43% de satisfaits (-3) et 54% de mécontents (+4). C'est pourtant lui qui sera en première ligne pour mener les réformes au pas de charge qui sont programmées pour l'année 2018, avec sept projets de loi déposés en huit semaine, dont la réforme de la SNCF qui risque de susciter un mouvement social de grande ampleur entre avril et mai 2018. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter