Deux Français sur trois estiment qu'Emmanuel Macron n'a pas compris la gravité de la "crise politique et sociale"

Politique
SONDAGE - Deux Français sur trois estiment que Emmanuel Macron n'a pas mesuré l'étendue de la "crise politique et sociale", selon un sondage conduit par Viavoice pour "Libération".

Deux Français sur trois (65%) estiment qu'Emmanuel Macron "ne semble toujours pas comprendre la gravité de la crise politique et  sociale". Ces chiffres établis par un sondage Viavoice diffusé lundi font suite à la hausse de la popularité d'Emmanuel Macron, après un an de baisse continue. Le chef de l'Etat enregistre 28% de bonnes opinions, soit un gain de cinq points par rapport à une précédente enquête début décembre, au plus fort de la crise des  Gilets jaunes.  Toutefois, ce sont 61% (-8) des personnes interrogées qui ont une "mauvaise  opinion" de lui.


Le Premier ministre Edouard Philippe gagne pour sa part 3 points au cours  de la même période, avec 28% de bonnes opinions également et 61% (-5) d'avis négatifs, selon cette enquête pour Libération. Dans le même temps, le soutien au mouvement des Gilets jaunes a nettement reculé, avec 36% (-17 depuis décembre) des Français qui le soutiennent, 35%  (+4) qui le comprennent "sans le soutenir" et 20% (+10) qui y sont globalement  opposés. Pour 63%, le mouvement doit "arrêter les manifestations et trouver d'autres modes d'action", contre 30% d'un avis contraire.

L'impact mitigé des Gilets jaunes

Seuls 28% pensent qu'Emmanuel Macron a compris la gravité de la crise  actuelle et 38% (contre 46%) estiment que sa décision de convoquer un "grand débat national" était "la bonne réponse à apporter". L'opinion des Français sur le chef de l'Etat s'est par ailleurs "améliorée" depuis le début du mouvement des "gilets jaunes" pour 13% d'entre eux, mais pour 41% elle s'est au contraire "détériorée" et 46% pensent qu'elle "n'a pas changé".

Une forte majorité (58%) estime enfin qu'Emmanuel Macron et son gouvernement doivent "modifier largement leur politique économique et sociale" pour les mois à venir. Pour 25%, ils doivent seulement "l'infléchir" en gardant les "grandes lignes" des réformes prévues et pour 9% ils doivent "garder le  cap" de leur politique "sans la changer". 

En vidéo

Européennes : Emmanuel Macron parti pour gagner ?

Cette enquête a été réalisée en ligne les 19 et 20 février auprès de 1004 personnes de  18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter