Sondage exclusif : 73% des Français voudraient que les politiques soient "plus gentils"

Politique
SONDAGE EXCLUSIF - Selon une enquête Ifop-Psychologies Magazine, que metronews dévoile en exclusivité à l'occasion de la journée de la gentillesse jeudi, les trois quarts des Français souhaiteraient que les personnalités politiques soient plus gentilles entre elles. Mais ils ne sont que 25% à juger que les citoyens devraient être davantage bienveillants avec eux.

"La politique n'est pas le monde des Bisounours", répètent à l'envi ceux qui y font carrière. Pour les Français, c'est même le monde de Cruella. Interrogés à l'occasion de la journée de la gentillesse par l'Ifop pour Psychologies Magazine, en partenariat avec metronews, 73% d'entre eux estiment que les personnalités politiques devraient être plus gentilles entre elles. Pas vraiment une surprise à l'heure du règne des petites phrases assassines, où pour être entendu, il faut "parler cash" – Nicolas Sarkozy vient d'en donner un nouvel exemple avec le festival de qualificatifs peu aimables, du "loser" au "médiocre" , dont il a affublé en off ses propres "amis" politiques.

Dans le même temps, nouveau signe de la défiance envers les hommes et femmes du pouvoir, les sondés ont la dent particulièrement dure contre eux : les trois quarts estiment que ni les médias (72%), ni les citoyens (75%) ne doivent être davantage bienveillants à leur égard, d'abord parce qu'ils ont choisi ce métier et qu'ils doivent en accepter les inconvénients (52%). Ensuite, on y revient, parce qu'ils ne font pas eux-mêmes preuve de gentillesse (44%).

"La gentillesse crée quelque chose de magique"

Pourquoi une telle intransigeance ? "Pour les Français, la méchanceté fait partie du débat politique de manière consubstantielle, explique Frédéric Dabi, le directeur général adjoint de l'Ifop. Et ce qu'ils nous disent dans cette enquête, c'est que plus il y aura de respect entre les politiques, plus cela permettra d'élever le niveau du débat." Ceux qui appellent à davantage de bienveillance envers ou entre les responsables politiques sont en effet 47% à partager cette affirmation.

Pour Franck Martin, auteur du Pouvoir des gentils, les politiques auraient effectivement tout intérêt à mettre sous le tapis leurs guerres intestines. "Ils semblent être les seuls à ne pas voir combien leurs joutes verbales et leurs chamailleries sont déplacées, à part Marine Le Pen qui en profite à plein avec son positionnement marketing anti-UMPS. Le résultat de tout ceci : toujours plus de défiance." Or, pour ce spécialiste de la communication et du management, "la gentillesse crée quelque chose de magique qui est la relation de confiance, sans laquelle il est impossible d'être entendu. La première chose que les politiques devraient s'attacher à faire, c'est donc de recréer cette relation avec nous, mais aussi entre eux mêmes." Un vœu pieux ? On peut toujours rêver en cette journée de la gentillesse. Un dernier chiffre pour y croire : pour 90% des Français, la gentillesse est plus une qualité qu'un défaut.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter