Sondage exclusif : l'abstention, grand vainqueur des régionales ?

Politique
SI L'ABSTENTION ÉTAIT UN PARTI - Selon notre sondage OpinionWay pour metronews et LCI, l'abstention pourrait battre un record lors des élections régionales de décembre, avec une estimation à 55%. En outre, près d'un électeur sur 5 ne sait pas pour qui voter. Pour le reste, les blocs de gauche, de droite et d'extrême droite s'équilibrent.

Et si l'abstention devenait vraiment le premier parti de France ? A deux mois des élections régionales, notre sondage OpinionWay-metronews-LCI estime à 55% le taux d'abstention au premier tour. Un niveau record pour ce scrutin, qui supplanterait le précédent de 2010 (53,64%) et représenterait plus du double de l'abstention des élections régionales de 1986 (25,2%).

Quant à ceux qui comptent aller voter, ils n'en sont pas beaucoup plus avancés : ils sont 21%, soit plus d'un sur cinq, à ne pas savoir pour qui ils voteront.

Gauche, droite, FN : bienvenue dans le tripartisme
Selon notre sondage, les intentions de vote pour le premier tour des régionales se répartissent de façon relativement équitable. Le bloc de gauche cumulerait 34 % des voix, le bloc de droite, 33 % des voix, et le Front national arriverait à 28 %, un score comparable aux sondages précédents sur le sujet .

Dans le détail, la gauche apparaît particulièrement morcelée, avec des listes PS majoritaires mais très faibles (23%), suivies des listes Front de gauche autonomes (5%), du Front de gauche allié à EELV (3%) et des listes EELV autonomes (3%). On comprend mieux pourquoi le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, plaide tant pour l'union des gauches au premier tour .

A droite, l'alliance Les Républicains-UDI-Modem passe largement en tête (31%), suivie des souverainistes de Debout la France (2%). "Lorsqu'on observe les listes par parti, on voit les listes LR-UDI-Modem dominer le scrutin, talonnées par le FN", commente Frédéric Micheau, directeur du département Opinion et politique chez OpinionWay. "De plus, on voit des électeurs FN fortement mobilisés (seuls 4 % n'expriment pas d'intention de vote pour ce scrutin, ndlr), contrairement aux électeurs de droite et de gauche."

 Un avant-goût de vote-sanction
Les Français voteront-ils en décembre pour des élections locales ou bien pour sanctionner le gouvernement ? Selon notre sondage, ils sont partagés sur la question. Un peu moins de la moitié (48%) estime qu'exprimer son opinion sur l'action du gouvernement et de François Hollande "n'est pas essentiel" lors de ces élections régionales. Ils sont 51% à penser l'inverse. Et parmi ces derniers, seuls 10% souhaitent exprimer leur "soutien" au gouvernement. Restent donc 41% des sondés qui envisagent très clairement un vote sanction.

"Ces résultats sont presque identiques à ceux que nous avions lors des élections départementales de mars 2015", observe Frédéric Micheau. Le gouvernement pourra y voir le verre à moitié plein : au moins, la volonté de sanctionner François Hollande n'est pas plus forte qu'il y a sept mois. C'est un début.

À LIRE AUSSI
>> Baromètre de popularité : Hollande et Valls en sursis, ça bouge un peu à droite

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter