Réforme des retraites : les Français hostiles à un report de l'âge de départ à la retraite

Politique
EXCLUSIF - Selon l'étude Harris Interactive - Agence Epoka pour LCI, 61% des Français s'opposent à un report de l'âge légal de départ à la retraite, objet d'une polémique au sein de l'exécutif la semaine dernière. Ils sont également 62% à ne pas vouloir envisager de cotiser plus longtemps.

Avec son projet de réforme des retraites, Emmanuel Macron va marcher sur des œufs. C'est ce qui ressort de notre sondage Harris Interactive-Agence Epoka pour LCI, RTL et Le Figaro publié ce dimanche. Au total, 61% des sondés refusent d'envisager un report de l'âge de départ à la retraite - actuellement fixé à 62 ans -, et 62% s'opposent à l'hypothèse d'un allongement de la durée de cotisation pour bénéficier d'une retraite à taux plein. 


Si ces deux pistes ne sont pas prévues, en théorie, dans le projet de réforme, la première a clairement été suggérée la semaine dernière par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, et son collègue des Comptes publics Gérald Darmanin, comme une option pour anticiper la hausse à venir du nombre de retraités. Une opinion vite recadrée, la ministre ayant assuré mardi, à l'Assemblée nationale, qu'aucun report de l'âge de départ n'était sur la table. 


Le débat reste toutefois ouvert sur la possibilité d'introduire une décote temporaire, par exemple entre 62 ans et 63 ans, pour inciter les actifs à reporter l'âge réel de départ à la retraite. Une proposition avancée, notamment, par le Medef, mais repoussée par les syndicats. Et qui ne semble pas ravir les Français. 

Nostalgie de la retraite à 60 ans

S'agissant d'un report de l'âge de départ à la retraite, seule une catégorie de sondés y est favorable : les plus de 65 ans, qui par définition ne sont plus concernés par la réforme. Chez ces derniers, 55% se montrent favorables à un report de l'âge légal, et 57% soutiennent un allongement de la durée du travail. 


Dans leur ensemble, les Français interrogés dans notre sondage estiment majoritairement qu'ils partiront, dans les faits, au moins à 64 ans. Mais une majorité d'entre eux déclare qu'elle préférerait partir à 60 ans, comme cela était le cas en France entre 1981 et 2011. 


Enfin, le sondage fait apparaître une forte appréhension à l'égard de la dépendance. Plus de 8 Français sur dix interrogés (82%)  se disent inquiets du risque de dépendance et de perte d'autonomie pour eux-mêmes, 83% pour leurs proches. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter