Sondage : pour François Hollande le changement, c'est payant

Sondage : pour François Hollande le changement, c'est payant

DirectLCI
EXCLUSIF - Le remaniement ministériel a beau avoir été fait a minima, 52% des Français pensent que le choix de Manuel Valls et des seize autres ministres prouvent que François Hollande les a écoutés, selon notre baromètre metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay. Pour autant, la cote de popularité du Président reste toujours aussi faible.

Une majorité de Français, certes courte, s'estime écoutée. C'est l'enseignement que l'on peut tirer de notre baromètre metronews-CLAI-LCI réalisé par OpinionWay, puisque 52% des Français estiment que le choix d'un nouveau Premier ministre et la composition du nouveau gouvernement montrent que le président de la République a entendu le message des électeurs lors des municipales.

Rapporté à l'ampleur du remaniement , tout à fait relative selon l'opposition, ce chiffre a de quoi surprendre. "Le résultat est d'autant plus positif que ni le gouvernement ni le cap politique n'ont véritablement changé", relève Bruno Jeanbart, directeur des études politiques d’Opinion Way, qui voit quatre raisons pour expliquer ce chiffre.

La chute de popularité du Président limitée grâce à Manuel Valls

"Les Français avaient probablement le sentiment que François Hollande n'avait pas prévu le faible score des socialistes aux municipales. Ils ont donc l'impression d'avoir réussi à lui forcer la main", analyse-t-il. "Le choix de Manuel Valls peut aussi paraître comme une vraie prise de risque. Plus que s'il avait nommé Jean-Yves Le Drian ou Michel Sapin", ajoute-t-il.

Pourtant, Manuel Valls a prévenu : il appliquera la même politique que l'ex-Premier ministre. Est-ce à dire que c'est la personnalité de Jean-Marc Ayrault qui posait problème aux Français ? "Ce n'est pas véritablement un problème de personne, mais plutôt de couple à la tête de l'exécutif. Jean-Marc Ayrault et François Hollande étaient sûrement trop proches, trop semblables", estime le politologue Selon l'opinion publique, Manuel Valls pourrait donc, à l'inverse de son prédécesseur, apporter une valeur ajoutée au Président". Enfin il faut rappeler que, avant même d'arriver à Matignon, Manuel Valls était déjà le ministre le plus populaire du gouvernement.

Mais si son remaniement ministériel est accueilli favorablement, le président de la République n'en profite pas. Seuls 23% des Français (- 2 points) se disent en effet satisfaits de l'action de François Hollande. Là est la limite de l'exercice, explique Bruno Jeanbart : "Depuis le passage au quinquennat en 2002, la France demande directement des comptes au président de la République. Le changement de Premier ministre ne suffit donc plus à gagner des points dans les sondages". Et de nuancer, tout de même : "La nomination de Manuel Valls a certainement atténué la baisse de popularité de François Hollande. Après une défaite aux élections municipales, sa cote aurait pu chuter davantage". Si le remaniement a au moins permis cela, peut-être faudra-t-il trouver autre chose pour remonter la pente.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter