Soutien de Valls à Macron ? Le Parisien dément avoir été piégé par un site parodique

Soutien de Valls à Macron ? Le Parisien dément avoir été piégé par un site parodique
Politique

Toute L'info sur

Elections présidentielles

UN SOUTIEN ET DES DEMENTIS - Le Parisien a annoncé lundi soir que Manuel Valls donnerait son soutien à Emmanuel Macron. Après le démenti de l'intéressé, c'est au tour du site parodique NordPresse d'affirmer qu'il a trompé le quotidien. Retour un imbroglio.

Il est aux alentours de 22 h 30 ce lundi 13 mars lorsque Le Parisien publie une information exclusive. Dans un article étayé de sources concordantes, le quotidien affirme ainsi que “Manuel Valls s’apprête à prendre la parole pour appeler les électeurs à soutenir son ancien rival Emmanuel Macron, et ce dès le premier tour”. Rapidement, et malgré l’heure tardive, l’information est reprise dans plusieurs médias nationaux.

Mais c’était sans compter sur le démenti de l’équipe Valls. Dans la foulée, vers 23 heures, le suppléant et assistant parlementaire de l’ex-Premier ministre, Carlos Da Silva, nie en bloc les révélations du Parisien d’un laconique tweet “CECI EST FAUX”. 

Auprès de l’AFP, le même soir, le bras droit de Manuel Valls reconnaît toutefois qu’une réunion entre fidèles doit bien se tenir le lendemain, ce mardi, exactement comme l’annonçait le quotidien. Un peu plus tard dans la soirée, c’est l'ancien candidat lui-même qui nie toute intention de soutenir Emmanuel Macron auprès de BFM TV.

Un piège de NordPresse, le Gorafi belge ?

Vient alors le troisième acte de cet imbroglio éminemment politicien. Et cette fois-ci, c'est un site parodique qui s'en mêle. En effet, un peu avant une heure du matin, dans la nuit de lundi à mardi, le site belge NordPresse, qui officie dans le sillage du Gorafi, se félicite d’avoir piégé Le Parisien dans un message publié sur sa page Facebook et relayé sur Twitter : "On a réussi à vous piéger (...) avec de faux mails. Beau travail de journalistes. Bisous."

Le Parisien a-t-il fondé son enquête sur des mails bidonnés ? Dans les commentaires, les internautes semblent en tout cas nombreux à le croire. Beaucoup d'entre eux prennent l’affirmation de Nordpresse pour argent comptant et mettent en cause le travail du quotidien et de la journaliste ayant publié l’information. D’autres, cependant, font part de leurs doutes et demandent des preuves. 

Le fruit d'une enquête auprès de sources recoupées- Frédéric Vézard, directeur adjoint des rédactions du Parisien

Toujours est-il que dans la matinée de ce mardi 14 mars, le Parisien maintient l’intégralité de ses révélations. La rédactrice en chef du service politique ainsi que le directeur adjoint des rédactions du quotidien ont tenu à faire savoir, sur Twitter, que leurs journalistes ne reprennent pas “ les informations d’un site parodique” et que l’article en question “est le fruit d’une enquête auprès de sources recoupées”. 

Contactée, l’équipe de Nordpresse n’a pas répondu aux sollicitations de LCI. Mais, interrogé sur les réseaux sociaux quant aux  preuves d’une éventuelle prise de contact avec la rédaction du Parisien, son compte twitter a annoncé la parution d’un article “ce soir heure usa”, afin d’avancer quelques explications. En attendant, on sait désormais, via une interview de Paris Match publiée ce mardi, que Manuel Valls ne compte pas apporter son parrainage au candidat socialiste Benoît Hamon. L’ancien Premier ministre critique notamment l’alliance avec l’écologiste Yannick Jadot et déclare ne pas pouvoir “assumer autant de contradictions”. 

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter