Stratégie de déconfinement : "Une cacophonie pareille, c'est très anxiogène"

Stratégie de déconfinement  : "Une cacophonie pareille, c'est très anxiogène"

COMMUNICATION - Ces derniers jours, le gouvernement est ciblé en raison d'annonces jugées contradictoires ou parcellaires à propos de la stratégie du déconfinement à venir. Quelles conséquences sur l'opinion publique ? LCI a interrogé un spécialiste de la communication politique.

Des couacs dans la communication gouvernementale ? Ces derniers jours, l'exécutif a été pris pour cible en raison d'un manque de clarté et de cohésion présumé dans ses annonces sur le déconfinement. Lors d'un déplacement en Bretagne mercredi, Emmanuel Macron a annoncé un déconfinement modulé par secteur et par région. Une semaine plus tôt, l'Elysée semblait toutefois écarter l'hypothèse d'un déconfinement différencié. 

Jeudi, l’Elysée indiquait par ailleurs que les déplacements inter-régionaux ne seraient pas interdits, alors que le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner déclarait, quelques heures plus tôt, que "le déconfinement, ça ne sera pas la liberté d'aller partout, tout le temps". 

La question du retour à l'école a également suscité des doutes sur la communication gouvernementale. Mardi, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer esquissait  les pistes d'un retour à l'école étalé sur trois semaines par niveau de classe, avec des groupes de 15 élèves maximum. Il avait précisé qu'une famille pourrait décider de ne pas envoyer son enfant à l'école, sous réserve qu'il suive l'enseignement à distance. Jeudi, l'Elysée indiquait pourtant que le calendrier n'était pas fixé et que la priorité pourrait être donnée "aux plus jeunes, ceux qui ne sont pas autonomes", ainsi qu'aux enfants "les plus en difficulté", sur la base du volontariat des parents.

Comment expliquer et analyser ces cafouillages apparents ? LCI a interrogé le professeur de communication politique à Sciences-Po Philippe Moreau-Chevrolet.

Toute l'info sur

Un nouveau déconfinement en 4 étapes clés

Déconfinement, vaccination... suivez les dernières actualités sur le Covid

"Tout le monde est en roue libre"

LCI : Comment analysez-vous la communication du gouvernement ces derniers jours ?

Philippe Moreau-Chevrolet : Cette communication a eu trois temps. Le premier, c’était l’annonce, très claire et très bien faite par le Président, d’un déconfinement le 11 mai. Mais comme il est passé en force auprès de son gouvernement pour imposer cette date, les ministres ont totalement paniqué et se sont mis à improviser. Donc dans un deuxième temps, le Premier ministre a tenté de rattraper la situation, mais sa conférence de presse, dimanche dernier, n’a pas eu l’effet escompté. Et depuis lundi nous sommes dans le troisième temps : tout le monde est en roue libre. 

Lancer des pistes, au risque de faire marche arrière : est-ce une stratégie délibérée du gouvernement, ou de l'improvisation ?

Ce qui pèche, c'est l'absence de coordination entre l’Elysée et Matignon, Matignon et les ministres, les ministres et Jérôme Salomon…. L'action publique n’est pas coordonnée et la communication publique n’est pas pensée, pas maîtrisée. Donc n’importe qui fait n’importe quoi. Or, ça ne peut pas fonctionner comme ça, ce sont des erreurs qui coûtent cher. Il faut stopper les ballons d’essai, les petites phrases balancées pour voir ce qu’en dit l’opinion. L’opinion n’est pas un laboratoire. Les Français ont besoin de certitudes, d’avoir des porte-parole clairs, qui disent des choses validées, qui seront réellement applicables et appliquées. Il faut aussi dire la vérité sur les masques, les tests, le déconfinement. Arrêtons de nier qu’il n'y a pas de pénuries de masques, de continuer à dire qu’ils ne servent à rien. Arrêtons de faire croire que nous sommes  en mesure de réaliser des tests à grande échelle.

"L'exécutif doit parler d'une seule voix"

Quels sont les effets de cette communication sur l’opinion ?

Les Français sont défiants, la cote de popularité du Président est en baisse. Une opposition des Français au gouvernement se cristallise, alors que cela aurait pu être évité. Or, une fois qu’ils auront perdu confiance, cela sera très difficile à réparer, surtout que la gravité de la situation ne le permet pas. Il faut que le gouvernement se ressaisisse et se réveille, d’autant plus qu’une cacophonie pareille, c’est très anxiogène.

Que doit faire le gouvernement pour redresser la barre ?

Nous avons besoin d’un capitaine dans l’avion ! Il faudrait que seuls Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Olivier Véran et à petite dose Jérôme Salomon parlent. L’exécutif doit parler d’une seule voix, les autres doivent se taire. Il faut arrêter les off, les déclarations intempestives, et ne communiquer qu’en cas d’annonce définitive.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.