Suppression de la 1ere tranche de l'impôt sur le revenu : Valls s'explique

Politique
FISCALITÉ - La première tranche de l'impôt sur le revenu, celle à 5,5%, doit être supprimée par la prochaine loi de finances pour 2015. Mercredi soir, Manuel Valls a apporté quelques précisions sur les modalités.

"Depuis quatre ans, les Français subissent les impôts, une espèce de haut-le-cœur fiscal, de ras-le-bol fiscal". Sur l'antenne de France Inter mercredi matin, Manuel Valls a assuré le service après-vente au lendemain de son vote de confiance à l'Assemblée nationale . Le Premier ministre n'est pas venu les mains vides, annonçant que la première tranche de l'impôt sur le revenu, celle à 5,5%, pourrait être supprimée par la prochaine loi de finances pour 2015.

Interrogé par France Inter sur les seuils concernés par la baisse d'impôt qu'il a annoncée la veille pour six millions de ménages l'an prochain, le Premier ministre a répondu : "la première tranche du barème de l'impôt sur le revenu pourrait être supprimée". Il s'agit, a précisé le chef de gouvernement, de celle "qui impose à 5,5% la fraction de revenus par part fiscale comprise entre 6.000 et 12.000 euros environ". "Cela fait partie de propositions que nous soumettrons au Parlement", a dit Manuel Valls, soulignant que les ministres des Finances et du Budget Michel Sapin et Christian Eckert en diraient plus prochainement.

Plus de 6 millions de ménages concernés

"Du coup, l'impôt sera allégé pour plus de 6 millions de ménages, les classes moyennes, soit un tiers des contribuables effectivement imposés, entre la réforme de cette année et la réforme de l'année prochaine", a poursuivi le chef de gouvernement.

Il a cité deux exemples : "pour un retraité à 1.400 euros par mois de pension, ce sera 230 euros d'impôts sur le revenu en moins et depuis 2013, 330 euros". Pour un couple salarié avec trois enfants gagnant 4.200 euros par mois à deux, "ce sera plus de 1.100 euros de baisse d'impôts".

Un cafouillage à éclaircir 

Il faudra attendre le 1er octobre et la présentation du budget 2015 pour connaître les modalités exactes de ce geste fiscal. Inattendues et imprécises, les modalités de ces mesures ont toutefois été (un peu) clarifiées par Bercy. Au ministère, on explique en effet que le but est bien de délester totalement les ménages qui ne payent d'impôts que dans la première tranche, c'est-à-dire ceux dont les revenus, par part fiscale, ne vont pas au-delà de 11.991 euros.

Sous ce seuil, plus d'impôt sur le revenu désormais en France, alors que jusque-là, un contribuable était imposable dès 6.011 euros. Mais pas question que cette suppression se traduise aussi par une cagnotte pour les foyers plus aisés, qui verront une partie de leurs revenus (entre 6.011 et 11.991 euros) défiscalisée.

Et pour les gros revenus ?

Pour autant, les impôts des plus aisés n'augmenteront pas non plus, a assuré Manuel Valls sur i>Télé ce mercredi soir. "Contrairement à ce que j'ai pu entendre ou lire, ça ne va pas peser sur les autres contribuables". Pour y parvenir, Bercy a pris la décision de baisser le seuil d'entrée dans l'impôt. Il aurait dû être d'environ 12.000 euros après suppression de la première tranche, il serait ramené à moins de 10.000 euros. Et pour adoucir le tout, les contribuables juste au-dessus de ce nouveau seuil verront leur impôt tempéré par un mécanisme de décote.

Lire aussi >> Baisses d'impôts : que pouvez-vous espérer dans les prochains mois ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter